Plan d'urgence pour l'emploi : Hollande compte sur les régions

Publié le Mis à jour le
Écrit par Claude Fallas .

François Hollande compte sur les nouvelles grandes régions françaises et leurs présidents pour l'aider à développer la formation et l'apprentissage, qui sont au coeur de son plan d'urgence pour l'emploi présenté lundi. En Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez n'est pas forcément prêt à suivre.

"Le gouvernement est prêt à faciliter toutes les expérimentations possibles, et même à modifier la loi si c'est nécessaire pour étendre les compétences de ces grandes collectivités", a affirmé le chef de l'État devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese).



La loi sur la Nouvelle organisation du territoire de la République (NOTRe) de juillet 2015 a renforcé le pouvoir dans le domaine économique des régions, qui sont appelées à jouer un rôle de premier plan dans la formation professionnelle, celle des chômeurs, l'apprentissage ou la reconversion des salariés.



Pour s'appuyer sur elles, le chef de l'État doit mobiliser les exécutifs régionaux issus des élections régionales de décembre, dont une majorité de droite. Et en premier lieu, leurs présidents, à la tête de vastes territoires dont la population a parfois été multipliée par deux ou trois par rapport aux anciennes régions.



"Je sais que les présidents des régions souhaitent faire des propositions, voire expérimenter de nouveaux dispositifs", a souligné François Hollande, qui se dit prêt à leur faciliter la tâche. "Je sais aussi, en matière d'apprentissage, l'effort que font les régions, et des propositions ont été faites pour améliorer le système

de transport et de logement des apprentis. Nous saurons également accompagner ce processus"
, a-t-il poursuivi.



Dans une interview au quotidien Les Échos, Xavier Bertrand (Les Républicains), président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, se dit prêt à travailler avec le gouvernement pour faire reculer le chômage : "Si l'État peut nous aider, je me moque de la couleur politique du gouvernement." Il entend notamment expérimenter un nouveau service aux chômeurs, "Proch'emploi", dans sa région.



Les présidents de régions reçus à Matignon 



L'emploi a été avec la sécurité l'un des grands enjeux des régionales de décembre. Début janvier, Manuel Valls a donc entrepris de recevoir les nouveaux présidents de région (dont le nombre est passé de 22 à 13 en métropole) pour évoquer avec eux la coopération des régions avec le gouvernement contre le chômage.



Pour Les Républicains, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse (Ile-de-France) et Philippe Richert (Grand Est) ont été reçus le 7 janvier. Les socialistes François Bonneau (Centre-Val-de-Loire) et Alain Rousset (Aquitaine-Poitou-Charente-Limousin) ont eux été reçus mardi à Matignon.



Lors de cet entretien, M. Bertrand a notamment proposé au Premier ministre d'assouplir la réglementation à laquelle sont soumis les apprentis, en l'alignant sur celle des salariés.



Certains comme Alain Rousset souhaitent "régionaliser" la politique de l'emploi pour plus d'efficacité. "Le pilotage actuel du service public de l'emploi est centralisé (...) Il est temps d'adopter une nouvelle organisation, sinon l'objectif des 500.000 chômeurs en formation ne pourra être atteint. La bonne décision serait de régionaliser cette politique", déclare-t-il dans La Croix.



Les relations entre les régions et Pôle emploi, qui reste de la responsabilité de l'État, font également partie des discussions.



"Nous ne sommes pas les sous-traitants du gouvernement", prévient pour sa part Laurent Wauquiez (LR), président d'Auvergne-Rhône-Alpes  et numéro 2 des Républicains. "En résumé, si c'est un plan d'assistanat, c'est sans nous. Si c'est un retour au travail, on est prêt à regarder", a-t-il déclaré à l'AFP.



A la tête de la région Paca, Christian Estrosi (LR) soutiendra pour sa part une proposition de loi "devant l'Assemblée nationale le 4 février, pour faire de l'apprentissage une voie d'excellence et abaisser l'âge d'accès à 14 ans".



François Hollande veut faire un état des lieux des besoins "dans chaque région" par bassins d'emploi. A chaque étape, les régions devraient être ensuite associées au plan du gouvernement. Le chef de l'État entend ainsi réunir début février avec Manuel Valls, "les présidents de région, les acteurs sociaux, les préfets et le service public de l'emploi pour convenir des modalités pratiques de cette mobilisation". "Un suivi mensuel du  programme", sera ensuite réalisé, a-t-il dit, "au niveau national, avec les partenaires sociaux et les régions".
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité