En direct Affaire Fiona

Procès Bourgeon/Makhlouf - Cécile Bourgeon : "Je n'ai jamais tapé ma fille. Berkane ment."

Quatrième jour d'audience à Riom où Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf comparaissent devant la Cour d'Assises du Puy-de-Dôme pour la disparition et la mort de Fiona, en mai 2013, à Clermont-Ferrand.

11:04

LES DERNIÈRES INFOS - Mis à jour le 20/10/2017 à 14:46

    L'audience est suspendue jusqu'à demain matin 9h00.

    Les débats se prolongent sur la dernière nuit de Fiona. Les accusés semblent épuisés, ils ne répondent que par des "je ne sais plus", "je ne me rappelle plus",... Mais l'avocat de Berkane Makhlouf continue et revient sur une fessée donnée à Fiona par Mr Makhlouf lors de cette dernière nuit. "Une petite fessée et c'était bon, elle écoutait, il n'y avait pas besoin de plus" explique Berkane Makhlouf.

    Cécile Bourgeon est maintenant interrogée sur sa visite chez le médecin de Berkane Makhlouf. Elle ne se rappelle de rien et dit ne pas avoir pu lui demander un certificat pour la cantine "vu que Fiona n'y allait pas".

    “Les fois où j'ai vu Mr Makhlouf, il avait la petite Fiona sur ses épaules.”

    La gardienne de l'immeuble du couple Bourgeon/Makhlouf

    La gardienne explique que son gendre a vu la petite Fiona le vendredi juste avant sa mort. Le dimanche, Berkane Makhlouf a toqué à leur porte pour signaler la disparition de Fiona. "On lui a prêté notre téléphone et on l'a conduit à Montjuzet, Mr Makhlouf semblait énervé."

    La gardienne d'immeuble du couple Bourgeon/Makhlouf intervient maintenant à la barre.

    Le président convoque de nouveau l'institutrice de Fiona. "Est ce que l'école exigeait un certificat pour excuser l'absence d'un enfant à la cantine ?". "L'école ne demande rien, peut-être que la municipalité oui. Mais je tiens à confirmer que Fiona ne mangeait jamais à la cantine".

    " Vous ne saviez pas si cet enfant était malade, souffrante, mourante ou déjà morte au moment où vous avez établi ce certificat ! " assène Me Fribourg, l'avocat du père de Fiona.

    Le président rappelle au médecin que Fiona ne mangeait pas à la cantine. "Comment vouliez-vous que je le sache ?", rétorque le médecin.

    Le président s'étonne que le médecin ait délivré ce document administratif alors que la petite Fiona n'était pas sa patiente. 

    Le médecin doit s'expliquer sur le certificat de 21 jours délivré à Berkane Makhlouf et Cécile Bourgeon pour excuser l'absence de la petite Fiona à son école. "Un certificat qui devait dispenser les accusés de payer la cantine de l'école", explique le docteur.

    Le médecin de Berkane Makhlouf intervient maintenant. Il a vu la petite Fiona à deux reprises dans son cabinet médical.

    Le médecin ne peut répondre à aucune autre question concernant Cécile Bourgeon. Le président invoque le secret médical.

    Le médecin dit ne jamais avoir remarqué de traces suspectes sur Fiona.

    Le médecin n'est pas tenu au secret médical lorsqu'il s'agit de maltraitance envers un mineur.

    Le médecin de Fiona et de Cécile Bourgeon intervient maintenant à la barre en tant que témoin. 

    L'agent d'accueil du cinéma affirme que Fiona portait un bandeau lors de sa visite au cinéma. "Elle avait une grosseur au niveau du crâne, c'était bleu, il y avait une enflure sur le côté de la tête".

    L'agent du cinéma décrit la petite Fiona comme "avançant comme un zombie". En retrait par rapport à ses parents qui marchait 5 à 10 mètres plus loin."La petite était éteinte".

    L'agent d'accueil dit ne pas avoir reconnu Fiona sur les affiches signalant sa disparition parce qu'elle souriait sur ces photos là. Alors que lorsqu'elle a vu Fiona elle paraissait très triste. Elle n'a fait le rapprochement que plus tard, au moment de l'arrestation de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf.

  • Afficher les messages précédents

Le reste de l'actualité