Des cartables connectés dans le Puy-de-Dôme : deux enfants retrouvent "virtuellement" le chemin de l'école

Deux cartables connectés font leur entrée dans deux écoles du département. Loris est l'un des deux enfants qui bénéficient du dispositif car il ne peut pas se rendre en classe. Jeudi 11 avril, grâce à sa tablette, il a pu retrouver sa maîtresse, ses camarades et les devoirs.
Loris à son bureau, dans sa maison de Plauzat (Puy-de-Dôme). Jeudi 11 avril 2019 il retrouve sa classe grâce au dispositif du "cartable connecté".
Loris à son bureau, dans sa maison de Plauzat (Puy-de-Dôme). Jeudi 11 avril 2019 il retrouve sa classe grâce au dispositif du "cartable connecté". © Catherine Goby
Deux cartables connectés ont été installés mardi 9 avril 2019 dans deux écoles du Puy-de-Dôme. Ce dispositif élaboré par l'association "mon cartable connecté" permet aux enfants malades qui ne peuvent pas retourner en classe durant plusieurs mois de poursuivre, à distance, leur scolarité à domicile ou à l'hôpital. Deux élèves du Puy-de-Dôme, à Brassac-les-Mines et à Plauzat, ont testé le dispositif.
 

Le retour à la "banalité du quotidien"


Ce cartable numérique est placé dans la salle de classe. Une caméra, intégrée au sac à roulette, permet de filmer le tableau avec le professeur. Une autre caméra, positionnée au tableau, film la salle de classe et les élèves. Le tout est connecté à la tablette de l'enfant qu'il soit chez lui ou à l'hôpital. 
 
Déployés dans cinq académies depuis l'automne dernier il est, depuis début avril, disposé dans deux écoles du Puy-de-Dôme. "Pour le moral de Loris, c'est génial" se réjouit Catherine Goby, maman de l'écolier de 9 ans et demi. Ce dernier avait hâte de retrouver la classe mais surtout ses camarades : "J'ai eu des maths, du français, de l'histoire et de la lecture. J'ai vu les copains."

C'est le but de l'association "mon cartable connecté", créée il y a 15 ans par Abdel Aïssou, ancien sous-préfet, Raymond Domenech et Marc Lavoine."L'enfant, la première chose qu'il demande quand il est malade c'est : "quand est-ce que je vais retourner à l'école ?" explique Abdel Aïssou.  C'est le retour à la vie sociale, à "la banalité du quotidien" déclare la maman de Loris.
   

Un dispositif gratuit


Ces cartables connectés sont installés dans les régions dans le cadre d'un partenariat entre l'associaton "mon cartable connecté" et les rectorats. Les parents dont l'enfant est durablement éloigné de son école, du fait d'une hospitalisation et/ou d'un séjour long à domicile, font la demande auprès du collectif "mon cartable connecté". Le Service d’Aide Pédagogique à Domicile (SAPAD), en lien avec l'Education nationale, et l'hôpital décident si ce dispositif peut être mis en place pour l'enfant. Il est gratuit pour la famille.

"Savoir que l'on n'est pas privé de sa vie sociale est très important pour l'enfant. L'enfant qui le sait, va mobiliser des capacités psychologiques qui aident à la guérison" explique le président du collectif.

Pour Catherine Bosset, maîtresse d'école de Loris, c'était aussi une première expérience : "On est tous ravis. Les camarades étaient très investis. Ils voulaient tous participer. J'ai laissé quelques minutes de discussion avec Loris au début du cours". Quelques minutes, car les leçons doivent commencer.

Comme ses camarades Loris a été interrogé. Comme certains de ses camarades il a appris son passage en classe de CM2. Et, comme eux, ce vendredi 12 avril 2019 est le dernier jour de classe avant les vacances de printemps.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie numérique économie éducation société