• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Jean-Louis Murat se paye Johnny Hallyday et PNL

Dans une « interview cash » donnée au magazine Les Inrockuptibles jeudi 24 avril, le chanteur natif de Chamalières (Puy-de-Dôme) Jean-Louis Murat a taclé certains confrères musiciens, de Johnny Hallyday à PNL en passant par Patrick Bruel. / © X. LEOTY / AFP
Dans une « interview cash » donnée au magazine Les Inrockuptibles jeudi 24 avril, le chanteur natif de Chamalières (Puy-de-Dôme) Jean-Louis Murat a taclé certains confrères musiciens, de Johnny Hallyday à PNL en passant par Patrick Bruel. / © X. LEOTY / AFP

Dans une « interview cash » donnée au magazine Les Inrockuptibles, le chanteur natif de Chamalières (Puy-de-Dôme) Jean-Louis Murat a taclé certains confrères musiciens, de Johnny Hallyday à PNL en passant par Patrick Bruel.

Par Yann Fournier-Passard

A l’occasion de la sortie de son nouvel album « Innamorato », le chanteur auvergnat Jean-Louis Murat n’a pas fait dans la dentelle. Interviewé par nos confères du magazine Les Inrockuptibles à l’auberge du lac de Guéry, dans le massif du Sancy, il livre un regard acerbe sur les chanteurs de son époque.

Vivant ou mort, Murat ne fait pas de distinction dans ceux qu'il blâme, y compris pour Johnny Hallyday décédé en décembre 2017. « À cause de lui, nous sommes passés pour des tocards pendant cinquante ans », accuse-t-il dans l’interview, plaçant l’ « idole des jeunes », regrettant la popularité de « chanteurs minables et ringards ».

"Je ne me sens toujours pas un chanteur français"

Le natif de Chamalières pose un regard rétrospectif sur son parcours d'artiste : "Je ne dirais évidemment pas que j’ai recherché l’insuccès, mais être adoubé par un peuple qui ne jure que par Johnny Hallyday ou Patrick Bruel m’aurait sacrément embêté", avant de conclure, acerbe : "Je ne me sens toujours pas un chanteur français".

Pas plus tendre avec les frères rappeurs de PNL, qu’il désigne comme « des petits Macron qui essaient de faire du pognon en ayant le QI d’une fourchette », constatant, amer, que « la musique est malheureusement une activité artistique où l’on peut réussir sans talent ».

Une des seules à échapper à l’impitoyable Murat, c'est la chanteuse Angèle récolte un bon point : « On dirait Lio période Banana Split avec un bac+12 ». Il aimerait collaborer avec la chanteuse belge, ainsi qu'avec Camille.
 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

"Consommez stéphanois" : l'appel des commerçants du centre-ville de Saint-Etienne

Les + Lus