Agression, menaces : des professeurs de deux établissements de Clermont-Ferrand exercent leur droit de retrait

Suite à des menaces à l'encontre de l'un des leurs, les professeurs du lycée Ambroise Brugière de Clermont-Ferrand ont exercé leur droit de retrait vendredi 22 novembre. / © DR
Suite à des menaces à l'encontre de l'un des leurs, les professeurs du lycée Ambroise Brugière de Clermont-Ferrand ont exercé leur droit de retrait vendredi 22 novembre. / © DR

Vendredi 22 novembre, les professeurs du lycée Ambroise Brugière et du collège Gérard Philippe de Clermont-Ferrand ont exercé leur droit de retrait. Ils dénoncent l’agression d’un des leurs et des menaces proférées par un parent d’élève envers une enseignante.

 

Par Catherine Lopes

Vendredi 22 novembre après-midi, les professeurs du collège Gérard Philippe de Clermont-Ferrand ont exercé leur droit de retrait. Ils dénoncent un incident survenu le matin-même. Anne Raoux, professeure de français, affirme : « Ce matin un élève a dit des noms d’oiseaux et des insultes à sa professeure. L’enseignante ne s’est pas énervée et a écrit au tableau tous les propos insultants. L’élève l’a attrapée par l’épaule et a fait semblant de lui donner des coups de poing. Les élèves sont restés stoïques. Cet élève sera sans doute sanctionné ». La professeure de français décrit un climat général lourd : « On nous demande de faire toujours plus avec de moins en moins de moyens. Le quartier est sous tension. Nous demandons à être classés en REP + pour faire correctement notre travail. Il nous faut plus de moyens ».

Une série d'incidents

A quelques pas de là, les professeurs du lycée Ambroise Brugière ont aussi exercé leur droit de retrait vendredi 22 novembre. Ils entendent protester contre un incident survenu la veille. Un professeur du lycée raconte : « Il y a eu jeudi une entrevue entre un parent d’élève, une collègue et le proviseur adjoint. Le ton est monté assez vite. Le parent d’élève a tapé sur le mobilier puis il a menacé ma collègue, en la pointant du doigt, de représailles à l’extérieur du lycée. D’autres membres de l’administration sont entrés afin de calmer le parent d’élève. Ce dernier est parti en continuant à vociférer ». Selon le professeur, cet événement intervient à la suite d’une série d’incidents : jeudi 21 novembre, une altercation a eu lieu entre une surveillante et un parent d’élève et mardi 19 novembre, une surveillante a été bousculée par des élèves extérieurs à l’établissement.

Des incidents signalés

Béatrice Nicolas, professeur au lycée, indique : « Cela fait déjà pas mal de temps que l’on alerte sur des difficultés relationnelles avec les élèves. C’est le fait de quelques élèves qui nous pourrissent la vie. Il faut que le proviseur prenne la mesure de notre désarroi. On déplore un sentiment d’impunité. L’élève dont le père a proféré les menaces a été signalé à plusieurs reprises par des fiches incident. Mais il ne se passe rien. On aimerait des conseils de discipline de temps en temps pour marquer le coup ». Anne Vila, élue FCPE du lycée, confirme les tensions qui règnent dans le lycée. Elle souligne : « Ce n’est pas un lycée où l’ambiance est particulièrement tendue mais en conseil d’administration, les professeurs nous parlent d’incivilités. Ils se sentent parfois en insécurité ».

Une plainte déposée

D’après nos informations, le proviseur du lycée Ambroise Brugière et l’enseignante visée par les menaces ont déposé une plainte vendredi 22 novembre matin. David Aubailly, proviseur vie scolaire au rectorat de Clermont-Ferrand, indique : « Dans ces établissements, le règlement intérieur doit être respecté. Tout ce qui s’est passé doit être jugé par des sanctions ou un conseil de discipline. Il faut surtout accompagner les jeunes impliqués. Du côté du rectorat, nous avons réagi très vite et déployé dans les établissements en question des équipes mobiles de sécurité. Concernant le manque de moyens dénoncé par les professeurs, il faut se mettre autour d’une table et étudier des moyens ciblés ».
 

Sur le même sujet

Les + Lus