Cet article date de plus de 3 ans

Brigitte Lefèvre rejoint la Comédie de Clermont-Ferrand

Jeudi 19 octobre, Brigitte Lefèvre a officiellement été nommée à la tête de l'association de la Comédie de Clermont Ferrand. Elle remplace Michel Rollier, qui quitte son poste après cinq ans de présidence. Elle travaillera en étroite collaboration avec Jean-Marc Grangier, le directeur depuis 2002.
Ce jeudi 19 octobre, Brigitte Lefèvre a officiellement été nommée à la présidence de l'association de la Comédie de Clermont Ferrand. Elle remplace Michel Rollier.
Ce jeudi 19 octobre, Brigitte Lefèvre a officiellement été nommée à la présidence de l'association de la Comédie de Clermont Ferrand. Elle remplace Michel Rollier. © AFP/ERIC FEFERBERG
C'est un grand nom de la vie culturelle française qui rejoint la Comédie de Clermont Ferrand : depuis jeudi 19 octobre, Brigitte Lefèvre préside en effet l'association de la Comédie.
Déjà membre associé du conseil d'administation, elle a été élue pour remplacer Michel Rollier, qui arrivait à la fin de son mandat de président. L'ancienne chorégraphe a été directrice de la danse à l'Opéra Garnier de Paris pendant 20 ans. 

Partager son art


Brigitte Lefèvre entrera très tôt dans le monde exigeant de la danse classique : à huit ans, elle entre à l’école de l’Opéra de Paris, puis intègre le Ballet de l’Opéra. 
Mais sa vision de la danse va plus loin que ça. Dans les années 60, elle décide de fonder avec Jacques Garnier "Le Théâtre du Silence", qui fut l'une des premières troupes de danse à s'installer en région. Prise dans l'euphorie de l'époque, elle cherche à démocratiser son art :

"En mai 68, j’étais très engagée à gauche et j’ai quitté cette fameuse “matrice", pour explorer le monde extérieur et transmettre ce que j’avais vécu à un public différent, en usine ou sous des chapiteaux."

20 ans à Garnier


En 1985, après avoir longtemps parcouru l'Hexagone avec sa compagnie, elle décide de revenir sur Paris. Sous l'impulsion du Ministre de la Culture, elle devient la première déléguée à la danse. 
Dix ans plus tard, elle prend en main la direction de la danse au célèbre opéra Garnier. Elle essaie d'amener de la nouveauté et de la modernité dans les ballets, et se sert de son expérience acquise en région pour attirer plus de spectateurs. Et la recette fonctionne :

"Nous arrivons à 350000 spectateurs annuels pour le ballet ! Quand j’étais jeune je trouvais qu’on ne dansait pas assez,qu’on n’avait pas assez d’aventures chorégraphiques à l’Opéra, mais les choses ont tellement changé aujourd’hui."

Après 20 ans passés à l'Opéra Garnier (de 1995 à 2014), la septuagénaire va apporter son expertise à l'association de la Comédie de Clermont-Ferrand. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture théâtre politique