Le CHU de Clermont-Ferrand réorganise son activité de transplantation

Trouver la compatibilité entre les donneurs et les receveurs, c'est le travail mené par les biologistes de l'activité d’immunogénétique HLA au CHU de Clermont-Ferrand. / © CHU de Clermont-Ferrand
Trouver la compatibilité entre les donneurs et les receveurs, c'est le travail mené par les biologistes de l'activité d’immunogénétique HLA au CHU de Clermont-Ferrand. / © CHU de Clermont-Ferrand

En Auvergne, 200 patients attendent une greffe de rein, 20 une greffe du cœur ou du foie, 40 une greffe de moelle osseuse. Désormais réintégré au CHU de Clermont-Ferrand, le service d’immunogénétique HLA cherche des compatibilités entre les donneurs et les patients. 

Par D.Cros

L’activité d’immunogénétique HLA vient de réintégrer le CHU de Clermont-Ferrand, elle était auparavant externalisée à l’Etablissement Français du Sang. La raison principale : rapprocher cette activité des services de soins, de transplantation d’organes et de la greffe de moelle osseuse.

"Chaque individu possède, sur ces cellules, des antigènes qui le caractérisent et définissent son identité biologique. Pour que les greffes soient suivies de succès, il faut qu’il y ait une compatibilité entre le donneur et le receveur. Dans notre service, nous recherchons cette compatibilité" explique Fabienne Quainon biologiste et chef de service du laboratoire HLA.

L’activité HLA est donc principalement impliquée dans la transplantation d’organes (rein, coeur, foie) ainsi que dans la greffe de moelle osseuse, mais réalise aussi des examens dans le cadre de certaines maladies fréquemment associées à certains antigènes HLA.

Le laboratoire assure une permanence 24h/24 et 7jours/7. Il répond aux urgences de greffes et réalise les typages HLA, pour les inscriptions en urgence des patients en attente de greffe et le typage des donneurs potentiels d’organes.


La probabilité de trouver deux individus HLA identiques non apparentés est de l’ordre de 1 sur 1 million



"C’est un travail complexe car le polymorphisme est très important au niveau de la population. La probabilité de trouver deux individus qui auront le même typage Human Leukocyte Antigen (HLA) est de statiquement de 1 sur 1 million. C’est donc extrêmement faible" souligne Fabienne Quainon. Faute de donneur compatible, de nombreux patients ne peuvent pas bénéficier de greffe. Le but de ce service est donc d’enrichir les fichiers pour avoir la plus grande offre possible vis-à-vis des patients.

En Auvergne, deux-cents patients attendent une greffe de rein et une vingtaine une greffe du cœur ou du foie. Environ quarante personnes, en attente d'une greffe de moelle osseuse, sont également inscrites sur les listings. 

"C’est un métier passionnant, mais il faut le reconnaître aussi, c’est un métier difficile. Il faut malheureusement parfois laisser l’affectif de côté, parce que sinon on n’avance pas. Chaque fois que nous arrivons à faire une transplantation, à trouver un donneur compatible, nous sommes heureux. Ces succès-là, nous permettent d’avancer" précise la biologiste et chef de service du laboratoire HLA.

L’activité d’immunogénétique HLA vient de réintégrer le CHU de Clermont-Ferrand. Les trois biologistes travaillant dans ce service sont : Richard Lemal, Fabienne Quainon et Paul-Olivier Rouzaire. / © CHU de Clermont-Ferrand
L’activité d’immunogénétique HLA vient de réintégrer le CHU de Clermont-Ferrand. Les trois biologistes travaillant dans ce service sont : Richard Lemal, Fabienne Quainon et Paul-Olivier Rouzaire. / © CHU de Clermont-Ferrand

Ce service compte six techniciens, une secrétaire et trois biologistes. "Précédemment j’étais seule" souligne Fabienne Quainon. Puis elle ajoute : "Aujourd’hui, nous sommes trois. Cela me permet de partager et de transmettre. Nous travaillons à 90% pour les établissements de soins, en particulier avec le CHU de Clermont-Ferrand mais aussi avec tous les CHU périphériques"

Cette ré-internalisation de l’activité HLA au sein du CHU de Clermont-Ferrand marque l’aboutissement d’une année de travail et de négociations avec l’EFS pour sécuriser sur le site clermontois.

Sur le même sujet

Les + Lus