• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Clermont-Ferrand : Jet le malinois, le chien gendarme au flair redoutable

Jet, chien SAMBI (stupefiants, armes munitions et billets) et son maître, le major Richard Ortet, responsable du groupe d'investigation cynophile de la gendarmerie du Puy-de-Dôme / © S. Montero / France 3 Auvergne
Jet, chien SAMBI (stupefiants, armes munitions et billets) et son maître, le major Richard Ortet, responsable du groupe d'investigation cynophile de la gendarmerie du Puy-de-Dôme / © S. Montero / France 3 Auvergne

A Clermont-Ferrand, le groupe d’intervention cynophile de la gendarmerie du Puy-de-Dôme est composé de 6 hommes et 11 chiens. Parmi eux, Jet, un malinois de 4 ans spécialisé dans la recherche de stupéfiants, d’armes ou encore de billets de banque. Un chien qui ne manque pas de flair.
 

Par Sandrine Montero

Le jour se lève sur l'agglomération de Clermont-Ferrand. Postés derrière les barrières d’un péage, des gendarmes arrêtent les autocars et invitent les passagers à descendre, le temps d'une opération de contrôle.
Leur cible : les étrangers en situation irrégulière, mais aussi le trafic de stupéfiants : la spécialité de Jet.

Plein d'une impatience contenue, le malinois de 4 ans attend le signal. En une poignée de secondes, il s'engouffre dans le véhicule et très vite, il fixe son attention sur un sac de sport. A l'intérieur, moins d'un gramme de résine de cannabis. Pour le passager, ce sera un rappel à la loi et la destruction immédiate du produit.
Un simple temps de jeu pour le chien, qui associe l'odeur à son jouet, et profite de sa récompense.

Le chien mord le boudin en tissu, avant de repartir de plus belle. Jet fonce en direction du bus que les gendarmes veulent contrôler. Là où l'homme consacrerait une demi-journée à tout fouiller, l'animal passe rapidement au crible le car, les soutes et les passagers...
Avec quelque 200 millions de cellules olfactives, le malinois a un flair redoutable, environ 40 fois supérieur à celui de l'être humain. Et ce n'est pas le seul atout du chien.
« Il a un pouvoir qualitatif de discrimination des molécules. Il arrive à sentir les odeurs de parfum, de saucisson, les odeurs humaines, etc. et il arrive à dire : dans ces odeurs-là, il y a le produit stupéfiant », explique le Major Richard Ortet, responsable du Groupe d'Investigation Cynophile du Puy-de-Dôme.

Des capacités étonnantes sollicitées lors de contrôles routiers, mais aussi lors de perquisitions. « Avec Jet, on a fait une belle prise récemment. Dans un garage, on a trouvé 3 kg de cocaïne, 9 kg d’ecstasy et 19 000 euros », se félicite son maître.
 

Pour le chien, l'argent a de l'odeur


C’est dans l'enceinte de l'AIA, atelier de maintenance aéronautique de l'armée, qu'est basé le groupe d'investigation cynophile de la gendarmerie du Puy-de-Dôme. 6 hommes et 11 chiens, s’y entraînent notamment dans des bâtiments désaffectés.

Dans une pièce, une seule boîte contient de l'héroïne. Jet va devoir persévérer pour la trouver.

Pour en arriver là, c'est un long travail. Le binôme s'est constitué alors que Jet était encore chiot. Il est issu de l'élevage d'un ancien instructeur du GIGN.
Et c'est le major qui l'a formé. La détection de drogue, d'ailleurs, n'est pas son seul champ de compétence. Le papier et l'encre des billets de banque : des odeurs quasi-imperceptibles pour l'homme, mais pas pour le chien. Jet est ce que l'on appelle un SAMBI, pour stups, armes, munitions, billets.

Joueur infatigable, Jet est le 5e chien de travail du major Ortet. Un duo qui a déjà connu des temps forts, et repartira sans doute bientôt à l'aventure.

Sur le même sujet

Dans la foulée des traceurs de la SaintéLyon

Les + Lus