Clermont-Ferrand. Une marche blanche après le suicide d’un professeur à Chamalières

Un mois après le suicide d’un professeur au lycée hôtelier de Chamalières, dans le Puy-de-Dôme, une marche blanche est organisée, samedi 12 octobre. Elle est organisée par son fils, Sébastien. / © Camille Da Silva / France 3 Auvergne
Un mois après le suicide d’un professeur au lycée hôtelier de Chamalières, dans le Puy-de-Dôme, une marche blanche est organisée, samedi 12 octobre. Elle est organisée par son fils, Sébastien. / © Camille Da Silva / France 3 Auvergne

Un mois après le suicide d’un professeur au lycée hôtelier de Chamalières, dans le Puy-de-Dôme, une marche blanche est organisée, samedi 12 octobre. 400 personne sont venues. Elle était organisée par son fils, Sébastien.
 

Par Aurélie Albert

C’était le 9 septembre, au lycée hôtelier de Chamalières, dans le Puy-de-Dôme. Il y a un mois, Laurent Gatier, professeur, s’est suicidé à son domicile. Il avait 52 ans et il enseignait le service et la commercialisation depuis 27 ans. 

400 personnes à la marche blanche

Samedi 12 octobre, son fils Sébastien organisait une marche blanche dans les rues de Clermont-Ferrand à partir de 10 heures. Le cortège de 400 personnes partait de la place de Jaude et se dirigeait vers le rectorat. « C’est un professeur qui nous a beaucoup aidé, il nous a toujours poussé vers l’avant pour réussir notre diplôme. On l’aimait tous beaucoup. Très dur d’apprendre la nouvelle, on a tous pleuré quand on a appris la nouvelle », explique un des anciens élèves de Laurent Gatier. 

« Papa, tu serais si fier de voir autant de monde pour te rendre hommage. Tu étais le centre de ma vie. Aujourd’hui nous sommes tous réunis pour te rendre hommage et pour demander que justice soit faite. Le malaise et le mal-être que tu vivais chaque jour à ton travail, tu l’évoques dans ta dernière lettre. Tout ça ne doit pas être vain », évoque Sébastien Gatier, devant le rectorat. 
Après l’annonce du suicide d’une directrice d’école de Pantin, Christine Renon, le fils de ce professeur a décidé de réagir. Il était convaincu d’une chose : si son père s’est suicidé, c’est parce que sa souffrance au travail était devenue trop lourde à porter. 
  
 

Une enquête complémentaire sera ouverte

Il est venu dénoncer la pression qu’aurait subie son père au travail, et porter l’affaire devant la justice. « C’est un de nos collègues qui a mis fin à ses jours. Son cas n’est pas isolé. Il y a des professeurs qui vivent ce genre de difficultés. Les réformes successives accroissent notre travail, il y a plus d’élèves, d’administratifs, etc. Il y a des collègues qui se retrouvent isolés », explique une professeure venue à la marche blanche. 

Sébastien Gatier avait contacté le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Eric Maillaud, qui a annoncé l’ouverture « d’une enquête complémentaire » afin de déterminer en amont les causes du suicide. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus