Commissariat de Clermont-Ferrand : une nouvelle salle pour libérer la parole des mineurs

Publié le Mis à jour le
Écrit par Virginie Cooke
A Clermont-Ferrand, les mineurs victimes de maltraitance ou d’agressions sexuelles sont désormais auditionnés dans une salle plus intimiste. Auparavant, les auditons se déroulaient dans un bureau de police.
A Clermont-Ferrand, les mineurs victimes de maltraitance ou d’agressions sexuelles sont désormais auditionnés dans une salle plus intimiste. Auparavant, les auditons se déroulaient dans un bureau de police. © Claude Fallas

Le commissariat de Clermont-Ferrand vient de se doter d’une nouvelle salle d’audition pour les mineurs. Cela devrait permettre d’améliorer l’écoute des jeunes victimes de maltraitances et d’agressions sexuelles. Seuls 4 commissariats en sont équipés en France. 

Une salle toute simple mais intimiste avec un canapé, des miroirs et quelques couleurs chatoyantes. C'est ici que sont accueillis et entendus depuis 6 mois les mineurs victimes d'agression sexuelle. Cela change radicalement la façon de travailler de la Brigade de protection de la famille de Clermont-Ferrand: auparavant les auditions se déroulaient en tête à tête, dans un bureau de police.

 Maryline Domeau, chef de l'Unité de prévention sociale explique : « On a un contact beaucoup plus facile, un enfant qui s’exprime beaucoup plus facilement sur ce qu’il a pu subir. Une table en verre était nécessaire par exemple. Si un enfant a du mal à parler,  certains se mettent en dessous. Et on peut encore voir l’expression corporelle de l’enfant  l’entretien se déroule et surtout lorsqu’il dénonce des faits ».

Deux salles se situent côte à côte, elles sont séparées par des miroirs sans teint. L'une est dédiée au matériel d'enregistrement, où un deuxième inspecteur suit l'entretien. L'autre salle, elle, permet une éventuelle confrontation, sans que l'auteur présumé des faits et la victime ne se retrouvent dans la même pièce.

Une salle d'audition financée par l'association "la voix de l'enfant"  



 « Là je suis à la place de la personne qui est logiquement mise en cause et généralement à cette place-là, la personne est mise en garde à vue. Donc on a affaire à l’auteur.  Il faut que le mineur puisse entendre la personne mise en cause pour que lui-même puisse répondre. C’est un bon moyen pour obtenir parfois des aveux quand par moment ça coince », détaille Dominique Paulet, le chef de la Brigade de Protection de la famille. 

Le nouveau commissariat de Clermont-Ferrand a été construit il y 5 ans, un emplacement avait été prévu pour mettre en place ce dispositif destiné aux mineurs. Néanmoins, au fur et à mesure des années, les budgets se sont réduits et le projet de cette salle d'audition ne voyait pas le jour. C'est grâce à un financement privé que ces nouveaux locaux pour les mineurs ont pu être aménagés. L'association "la voix de l'enfant" a déboursé 26 000 euros pour ce projet. 

Chaque semaine, 5 mineurs victimes d'agressions sexuelles sont entendus au commissariat de Clermont-Ferrand. Mais cette salle d'audition va rapidement être ouverte aux victimes de viol, de maltraitance, d'aggressions, de violences conjugales... Elle pourra être utilisée dès que la parole d'une victime a besoin d'être libérée. 


durée de la vidéo: 02 min 04
Commissariat de Clermont-Ferrand : une nouvelle salle pour libérer la parole des mineurs

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.