Coronavirus : les clubs de l’ASM Clermont-Auvergne et du Clermont Foot 63 dans l’incertitude

Les clubs de l'ASM Clermont-Auvergne et du Clermont foot sont dans l'attente de réponses pour la saison passée et la saison future suite à la crise sanitaire liée au coronavirus COVID 19. / © FRANCK FIFE / AFP
Les clubs de l'ASM Clermont-Auvergne et du Clermont foot sont dans l'attente de réponses pour la saison passée et la saison future suite à la crise sanitaire liée au coronavirus COVID 19. / © FRANCK FIFE / AFP

C’est l’incertitude pour les supporters de l’ASM Clermont-Auvergne et du Clermont Foot 63. Après deux mois de confinement et des matches annulés, les responsables naviguent à vue pour les prochains mois. Ils tentent de trouver des solutions.

Par Aurélie Albert

« Nous allons traverser une période très difficile ». Une phrase que les abonnés de l’ASM Clermont-Auvergne ont pu lire dans un mail envoyé par le club mardi 19 mai. Plus de deux mois de confinement et cinq matches annulés, le club de rugby auvergnat est dans l’incertitude la plus totale. 
 

Les supporters dans l'attente

Les supporters se posent des questions : est-ce que les matchs annulés vont être remboursés ? Est-ce que la saison va reprendre ? Quand ? Dans quelles conditions ? Comment se passeront les matchs à partir du 6 septembre si le Top 14 reprend effectivement à cette date ? 
« Il y en a qui ont peur de retourner aux matchs et de se retrouver dans la foule, évoque Thierry Fraisse, président de l’interclubs des supporters de l’ASM Clermont Auvergne. J’ai des abonnés qui m’ont contacté pour savoir ce qu’il en est, mais on attend le message de l’ASM ». 
 

Entre 500 000 et 800 000 euros par match de l'ASM

Mais pour le moment personne ne sait comment va évoluer la situation. « On ne sait pas ce qu’on va leur proposer, on ne sait pas si les matchs se joueront à huis clos ou pas s’ils reprennent et quand. On envisage tous les scénarios possibles pour trouver des solutions, mais il faut attendre les annonces gouvernementales au début du mois de juin », explique le club. 
Comme d’autres sports, le rugby français est touché par la crise sanitaire, mais contrairement au football, 80 % du budget du club est financé par la billetterie et les partenaires. Un match de l’ASM, c’est entre 500 000 et 800 000 euros. « Tout dépend des matchs joués, là on avait des matchs contre Toulon, Toulouse et Brive, et un match de quart de finale de coupe d’Europe contre le Racing. Il s’agissait de rencontres importantes », continue le club. 
 

L'avenir du rugby en France est en question 

Alors si les matchs se font à huis clos « les partenaires ou les abonnés risquent de ne pas renouveler leur abonnement. Nous avons sondé nos partenaires fin avril 30 à 40 % des 550 partenaires que nous avons, vont nous soutenir. Les autres ne savent pas encore, ce qui est normal vu que beaucoup d’entreprises ont été touchées avec la crise sanitaire et elles ne savent pas comment la situation va évoluer d’ici septembre ». Beaucoup d’incertitudes qui peuvent avoir d’importantes conséquences : « si tout se passe mal et que les supporters ne peuvent pas assister aux matchs, l’avenir du rugby en France est en question. Les clubs peuvent mettre la clé sous la porte. Et contrairement à d’autres clubs, à l’ASM nous n’avons pas de mécènes, on dépend beaucoup des partenaires, c’est 50 % de notre budget ».
 

Des solutions pour les supporters du Clermont Foot 63

Côté Clermont Foot, c’est aussi le flou qui prédomine : sur la fin de saison et le début de saison, même si la date du 22 août a été évoquée, mais pas officiellement. Combien de match sera commercialisé et si ce sera possible ? S’il y aura une jauge de supporters ? S’il y aura des règles à respecter ? Tout dépend de l’évolution de la situation sanitaire. « On a attendu au maximum pour donner une réponse à nos abonnés et nos partenaires, François Ligny, directeur général du Clermont Foot 63. Le 7 mai, une ordonnance nous permet de donner un avoir. Mais on aimerait aller plus loin pour compenser la perte de nos abonnés et de nos partenaires »
 

Un million de perte pour le club de foot

Les démarches sont en cours auprès des 1 000 abonnés et partenaires du club à l’année : « Pour les abonnés, on veut leur proposer un avoir de 18 mois, ou 50 % sur leur réabonnement (avec la condition d’apporter un nouvel abonné), ou encore un surclassement dans la travée supérieure. Pour les partenaires, on est dans le même esprit, mais on veut leur proposer des solutions pour relancer leur activité en leur proposant aussi de la visibilité ». Comme pour l’ASM, les pertes ont été importantes : après l’arrêt des matchs et ensuite l’arrêt du championnat, les pertes financières ont été estimées à près d’un million d’euros.

Quel que soit le sport, tout le monde est dans l’attente et les prochaines semaines seront décisives pour la saison prochaine. 

Sur le même sujet

Les + Lus