Coronavirus COVID 19. Augmentation des cas en Auvergne : “On s'y attendait”

Au CHU de Clemont-Ferrand, une dizaine de patients porteurs du coronavirus sont pris en charge. Photo d'illustration. / © JEFF PACHOUD / AFP
Au CHU de Clemont-Ferrand, une dizaine de patients porteurs du coronavirus sont pris en charge. Photo d'illustration. / © JEFF PACHOUD / AFP

Dimanche 22 mars, l’ARS a indiqué qu’il y avait 114 cas de coronavirus en Auvergne. Selon le Pr Laurichesse, chef de service des maladies infectieuses au CHU de Clermont-Ferrand, les médecins sont préparés à une augmentation du nombre de cas.
 

Par Catherine Lopes

Cent-quatorze cas positifs. C’est le nombre de porteurs du coronavirus en Auvergne, selon le dernier comptage de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes publié dimanche 22 mars. Un premier décès a été enregistré dans l'Allier : il s'agit d'une femme de 82 ans. Selon l’Agence régionale de santé, « La personne décédée est une dame âgée de 82 ans, elle présentait des polypathologies et avait été admise au CH de Moulins-Yzeure, en urgence en situation de détresse respiratoire avec pronostic vital engagé dès son arrivée à l’hôpital. Elle est décédée vendredi soir 20 mars ». L'Allier et le Cantal, ont connu une augmentation du nombre de cas ces derniers jours alors qu'ils avaient été jusque là relativement épargnés.

Voici la répartition selon les départements au dimanche 22 mars :  
  • Allier : 27 (+9) cas, dont 1 personne décédée
  • Cantal : 17 (+5) cas
  • Haute-Loire : 13 (+2) cas
  • Puy-de-Dôme : 57 (+10) cas
La coube ci-dessous montre l'évolution du nombre de cas diagnostiqués. (Infographie actualisée chaque jour)

Chiffres du lundi 23 mars :
  • Allier : 32 cas (+5) dont 1 décès
  • Cantal : 27 (+10) cas
  • Puy-de-Dôme : 66 (+9 cas)
  • Haute-Loire : 15 (+2) cas

Cinquante-sept cas dans le Puy-de-Dôme

Dans le département du Puy-de-Dôme, 10 nouveaux cas ont été recensés le week-end dernier. Selon le Pr Henri Laurichesse, chef de service des maladies infectieuses et tropicales au CHU de Clermont-Ferrand, une dizaine de patients sont pris en charge dans son établissement. Il explique : « Sur cette dizaine, 3 sont en réanimation, et 7-8 en service de médecine. Ce sont des adultes, qui ont entre 40 et 70 ans. Pour la plupart, ils ne vont pas très mal, car peu parmi eux sont en réanimation et il n’y a pas eu de décès ».

Des patients inquiets

Le CHU de Clermont-Ferrand dispose d’une capacité d’une centaine de lits en réanimation. Pour le chef de service, les patients positifs au coronavirus sont assez angoissés. « Ceux qui sont en ambulatoire sont un peu épargnés mais ceux qui sont à l’hôpital sont un peu plus inquiets. Ils savent qu’il y a des formes assez graves. Quant à ceux qui sont en réa, ils sont endormis » souligne le médecin. D’après le Pr Laurichesse, il y a une légère augmentation du nombre de cas dans le département. « On s’y attendait » confie le chef de service.

Des tendances surprenantes dans l'Allier et le Cantal

Il ajoute : « Il n’y aura pas de déferlante en Auvergne. Je ne pense pas. J’espère que les mesures de confinement pourront nous prémunir. Au début, il y a eu des cas importés. On essaie de contenir l’épidémie. C’est le scénario sur lequel on table en Auvergne, même si on connaît quelques tendances surprenantes dans l’Allier et dans le Cantal ». Pour le moment, les patients positifs au coronavirus dans le département du Puy-de-Dôme et qui sont chez eux ne reçoivent pas de traitement. « Mais on va décider de les traiter prochainement. Il y a des molécules dont on attend encore les données cliniques et qui ne sont pas faciles à manipuler. Quant aux patients qui sont hospitalisés, certains toussent, sont essoufflés et présentent des signes de gravité. On utilise une combinaison de molécules pour les traiter, de l'hydroxychloroquine et des antibiotiques. Il va y avoir de nouveaux protocoles de recherche qui vont être appliqués au CHU de Clermont-Ferrand » indique le Pr Laurichesse.
 


 

Sur le même sujet

Les + Lus