Coronavirus COVID-19 : comment s’organisent des restaurateurs après la fermeture des lieux publics à Clermont-Ferrand

Dimanche 15 mars, des restaurateurs à Clermont-Ferrand se sont adaptés. Une organisation nécessaire après le passage au stade 3 en France dans l’épidémie du Coronavirus et l’annonce du gouvernement de fermer tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ». 
Dimanche 15 mars, certains restaurateurs à Clermont-Ferrand se sont organisés. Une organisation nécessaire après le passage au stade 3 en France dans l’épidémie du Coronavirus et l’annonce du gouvernement de fermer tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ».
Dimanche 15 mars, certains restaurateurs à Clermont-Ferrand se sont organisés. Une organisation nécessaire après le passage au stade 3 en France dans l’épidémie du Coronavirus et l’annonce du gouvernement de fermer tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ». © Julien Teiller / FTV
Au lendemain de l'annonce de la fermeture jusqu'à nouvel ordre des bars et restaurants et du passage au stade 3 de l'épidémie de Coronavirus, dimanche 15 mars était très particulier pour les restaurateurs du centre-ville de Clermont-Ferrand. Prévenus samedi soir peu avant 20 heures de cette mesure, ils tentaient de s'organiser, et de limiter la perte de denrées alimentaires. 

Dans une enseigne du centre-ville de Clermont-Ferrand, une vente à emporter de gâteaux était organisée avant la fermeture du café jusqu'à nouvel ordre. « Il nous restait des gâteaux du coup, je les ai proposés à la vente pour éviter le gaspillage. Comme on fait du frais, on n’a pas énormément de stocks », explique Mallorie Bournel. « Je ne sais pas comment on va faire financièrement, je verrai avec mon comptable dès lundi »
  

"On a eu quatre heures pour se retourner"

La place de la Victoire se réveille vide, avec la gueule de bois. Après avoir remballé les terrasses samedi soir après minuit, les restaurateurs font l'inventaire, et tentent de sauver ce qui peut l'être. « On avait anticipé, on n’avait pas énormément de choses. Tout ce qui est légumes, on les coupe et on les met sous vide. Le samedi soir a été dur, la nuit a été courte. On a eu quatre heures pour se retourner. On ne sait pas trop comment ça va se passer », ajoute Vincent Imbert, restaurateur. 

Selon l'Union des métiers de l'hôtellerie restauration, confirmé par un décret, la réouverture des restaurants n'aura pas lieu avant le 15 avril. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société entreprises économie