Epidémie de gastro à Clermont-Ferrand : SOS Médecins pris d’assaut

A Clermont-Ferrand, SOS Médecins est assailli par l'afflux de malades de la gastro-entérite. / © JEFF PACHOUD / AFP
A Clermont-Ferrand, SOS Médecins est assailli par l'afflux de malades de la gastro-entérite. / © JEFF PACHOUD / AFP

En Auvergne-Rhône-Alpes, la gastro-entérite fait des ravages depuis décembre. L’épidémie a atteint son pic dernièrement. Conséquence : SOS Médecins à Clermont-Ferrand est assailli par l’afflux de nouveaux malades.
 

Par C. L avec Julien Le Coq

En Auvergne-Rhône-Alpes, les cas de gastro-entérite se multiplient. Le réseau Sentinelles indique dans son bulletin hebdomadaire que le taux d’incidence est de 264 diarrhées aigües pour 100 000 habitants pour la semaine du 30 décembre au 5 janvier. Lundi 13 janvier, le standard a été saturé à SOS Médecins à Clermont-Ferrand. Le matin, les secrétaires ont pu répondre à seulement une dizaine d’appels pour une visite à domicile. Christine Pomares, secrétaire à SOS Médecins, indique : « On demande aux gens de faire l’effort de se déplacer au cabinet. On consulte de 9 heures jusqu’à 22 heures, et plus si besoin. On demande aux gens de faire l’effort de se déplacer dans la journée à un moment où ils se trouvent un petit peu mieux que lorsqu’ils appellent ».

La gastro-entérite, première cause des interventions

A Clermont-Ferrand, chez SOS Médecins, la gastro-entérite est à l'origine de 15 % des visites et consultations sur le week-end passé. Elle représente la cause première des interventions. La météo clémente de ses derniers temps y est pour beaucoup. Matthieu Lemaire, docteur à SOS Médecins, précise : « Cela fait 5 à 6 semaines que l’on est en plein dedans donc cela va bien finir par descendre. Après, il fait chaud, il fait beau, il ne fait pas assez froid donc la gastro reste. Dès qu’il va se mettre à faire un peu plus froid, il y aura moins de gastros et là c’est la grippe qui va commencer à arriver ».

Quelques réflexes à adopter

Auvergne-Rhône-Alpes fait partie des régions les plus touchées par l'épidémie. Il n’y a pas de solution miracle pour y échapper, juste un peu de bon sens. Laurence Chaumeil, préparatrice en pharmacie, recommande : « Il faut se laver régulièrement les mains, éviter les contacts comme les bises et c’est sûr que les poignées dans les grandes surfaces, c’est compliqué. On l’attrape très facilement ». Une gastro-entérite passe généralement au bout de deux à trois jours. Mais attention, une personne malade reste contagieuse 72 heures après sa guérison.
 

Sur le même sujet

Les + Lus