Eric de Cromières : “Nous avons besoin d'utiliser les compétences de Jean-Marc Lhermet, qui sont très particulières et très rares en France”

Jean-Marc Lhermet ne sera donc plus directeur sportif de l'ASM après 12 ans passés à la tête du club, mais il ne devrait pas pour autant quitter Clermont. Eric de Cromières, président de l'ASM, était l'invité de Match Retour pour nous en dire plus.

Par Claude Fallas

Pour Eric de Cromières, l'information n'aurait pas dû fuiter comme ça, avant que les joueurs et que le Conseil d'administration ne soient prévenus. Mais il le confirme : Jean-Marc Lhermet ne sera plus directeur sportif de l'ASM la saison prochaine.

Selon Eric de Cromières, "cette information vise à définir, à l'avenir, un double rôle dans la direction sportive. D'un côté, une direction du très court terme et des opérations, c'est-à-dire des performances de l'équipe, qui est confiée à Franck Azéma. De l'autre, une direction du développement et de la prospective sportive qui est confiée à Jean-Marc Lhermet. Il ne faut pas oublier qu'un certain nombre d'éléments sont arrivés : les orientations de la Ligue sur 2023, le rugby à 7, le rugby féminin, les évolutions médicales... Vous savez que Jean-Marc Lhermet est très intéressé par le fait de développer la recherche dans ce domaine avec notre commission médicale. C'était donc très important de pouvoir séparer ces 2 fonctions."

Jean-Marc Lhermet n'aura donc plus la responsabilité du secteur sportif. Dès dimanche soir, lors de la cérémonie des adieux, il n'a pas pris le micro comme il avait l'habitude de le faire pour remercier les joueurs qui quittent le club... Pour beaucoup, cette mutation pourait être assimilée à une mise à l'écart. Ce que dément le président.

"Absolument pas ! C'est un tavail que nous menons ensemble depuis bien 2 ans, qui s'es accéléré dans les 4 derniers mois. Jean-Marc Lhermet n'avait d'ailleurs pas de respnsabilités sur l'entraînement de l'équipe, n'avait pas de responsabilité sur le choix des joueurs, n'avait pas de responsabilité sur la constitution de l'équipe. Ces questions prouvent bien qu'il y avait une certaine confusion dans les esprits sur les rôles respectifs de Vern Cotter auparavant, puis Franck Azéma, versus Jean-Marc Lhermet.

La seule chose qui change profondément, effectivement, c'est le recrutement. Et nous avons pensé qu'il serait mieux de rapprocher le recrutement au plus proche des besoins du terrain.


A la question de savoir si quelque chose lui est reproché, au plan du recrutement par exemple, la réponse est sans appel : "Absolument pas ! Si nous somme 9 fois en demi-finale sur 10 années consécutives, c'est que probablement le recrutement n'est pas ce qui a le plus mal marché. Au contraire, je félicite Jean-Marc pour son recrutement. Cela fait 12 ans qu'il est à ce poste. Je pense qu'il a besoin aussi de prendre un peu d'air et nous, nous avons besoin d'utiliser ses compétences, qui sont très particulières et très rares en France, qui sont de connaissance du syndicat des joueurs, du syndicat technique, de la FFR, de la Ligue Nationale du Rugby et du Monde international pour pouvoir anticiper les évolutions du rugby"
 

Sur le même sujet

Les + Lus