Geminiani : “C'était un grand, Raymond Poulidor”

Raymond Poulidor et Raphaël Geminiani en septembre 2014. / © BOILEAU FRANCK / MAXPPP
Raymond Poulidor et Raphaël Geminiani en septembre 2014. / © BOILEAU FRANCK / MAXPPP

Mercredi 13 novembre, Raymond Poulidor est mort à l’âge de 83 ans. L’ancien coureur de Clermont-Ferrand Raphaël Geminiani, vainqueur de 7 étapes sur le Tour de France, salue la mémoire de celui qui était plus que « Poupou ».
 

Par Catherine Lopes

Avec la disparition de Raymond Poulidor mercredi 13 novembre, à l’âge de 83 ans, les hommages se multiplient. Raphaël Geminiani, ancien coureur de Clermont-Ferrand, garde un souvenir ému de Raymond Poulidor. Il explique : « Il y a beaucoup de choses à dire, c’est pourquoi je ne dirai pas grand-chose. C’était un grand Raymond Poulidor et on en a fait un « Poupou », ce qui me déplaît. Il valait mieux. On a voulu qu’il reste « Poupou » alors qu’il était un grand champion. Raymond méritait mieux. Il a fait une belle carrière. Je l’ai connu à ses débuts. Il était généreux, brillant. On ne peut pas être champion en restant « Poupou ». Je l’appelais Raymond. Je l’aimais beaucoup ».

Plus qu'un duel au sommet du puy de Dôme

Raphaël Geminiani, qui a porté le maillot jaune, a aussi été directeur sportif de Jacques Anquetil, grand rival de Raymond Poulidor. L’ancien coureur de Clermont-Ferrand refuse de réduire le duel Poulidor-Anquetil à l’étape du 12 juillet 1964, au sommet du puy de Dôme. Il raconte : « Il faut arrêter avec ce puy de Dôme. Il ne s’est rien passé ce jour-là. On en a fait un duel. La montée du puy de Dôme fait 5 km et le Tour de France plus de 3 000. Il y a eu bien d’autres terrains où ils se sont affrontés ». A 94 ans, la mémoire de Raphaël Geminiani est encore vive : il garde un souvenir ému de Raymond Poulidor et de Jacques Anquetil, tous deux disparus.

 

Sur le même sujet

Les + Lus