• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Grand débat national : à Ceyrat (Puy-de-Dôme), la mairie veut baisser les tarifs de la cantine

A Ceyrat, la mairie veut baisser les tarifs de la cantine scolaire pour aider les habitants. / © JEAN-LOUIS PRADELS / MAXPPP
A Ceyrat, la mairie veut baisser les tarifs de la cantine scolaire pour aider les habitants. / © JEAN-LOUIS PRADELS / MAXPPP

La mairie de Ceyrat (Puy-de-Dôme) veut répondre aux revendications portés par les habitants dans le grand débat national. Pour soulager le budget des familles, les prix de la cantine scolaire devraient être revus à la baisse en mars prochain. Des bons alimentaires vont aussi être distribués.

Par MVO avec Christian Lamorelle

C'est un coup de pouce à ses administrés. Le maire de Ceyrat (Puy-de-Döme) a décidé de revoir les tarifs de la cantine scolaire à la baisse. Le changement devrait s'opérer à la rentrée de septembre mais l'élu souhaite agir rapidement pour les familles en difficultés. Une première révision des tarifs devrait être votée dès le mois de mars. " On va délibérer pour faire baisser le prix des deux tranches les plus basses " explique Laurent Masselot, maire de la commune. Ainsi, les prix baisseraient d'un euro. Le repas reviendrait à peine à 50 centimes pour les familles les plus en difficultés. Un tarif imbattable selon l'élu. " On estime qu'à 50 centimes d'euro, une famille ne peut pas faire le choix de garder son enfant à la maison pour lui faire un vrai repas à ce prix là " justifie-t'il.
 

Des bons alimentaires

L'idée découle d'une réunion avec des administrés dans le cadre du grand débat national. La question du pouvoir d'achat reste au coeur des discussions alors pour soulager un peu plus les Ceyratois les plus en difficultés, la mairie pourrait bientôt distribuer des bons alimentaires. Ces coupons seront destinés aux plus précaires, qu'ils soient actifs ou retraités. Grâce à eux, les bénéficiaires pourront acheter des fruits et légumes frais. 20 000 euros de budget devraient être alloués au centre communal d'action social (CCAS) pour mettre en place la mesure.
D'autres idées pourraient émaner des rencontres avec les habitants. Une nouvelle réunion publique est prévue le 12 février.

Sur le même sujet

Futur bâtiment des Archives départementales de l'Isère

Les + Lus