PHOTOS. Au Sommet de l’Elevage de Clermont-Ferrand, les animaux sont les stars

Le Sommet de l’Elevage de Clermont-Ferrand a ouvert ses portes mardi 5 octobre. Pendant quatre jours, les visiteurs n’ont d’yeux que pour les quelque 2 000 animaux présents.

En 2021, le Sommet de l’Elevage de Clermont-Ferrand souffle ses 30 bougies. Pour l’occasion, jusqu’au vendredi 8 octobre, il rassemble quelque 2 000 animaux. La plus grande ferme de France attire de nombreux visiteurs, impatients de découvrir les bêtes, véritables stars de l’événement. Le rendez-vous a bâti sa réputation grâce à la qualité des animaux présentés, sélectionnés pour leur haute valeur génétique. Bovins viande, bovins lait, ovins et équins, en tout 71 races différentes sont représentées. Le fleuron de la génétique animale française, se retrouve au Sommet, en concours ou en présentation.
 

Les vaches Aubrac à l'honneur

Dans les travées, la race Aubrac est sous les feux de la rampe. Ses 400 meilleurs spécimens sont même en compétition pour son concours.
 


Les Salers, les Charolaises, et autres Prim’Holsteins sont là. Pour le bonheur des petits et des grands. Les vaches sont bichonnées tous les matins, afin de paraître sous le meilleur jour. Cette année, les vaches Simmental ont été mises en avant, avec un concours national.
 

View this post on Instagram

Une publication partagée par SOMMET DE L’ELEVAGE (@sommetelevage)

Les moutons Rava mis en avant

Le pôle ovin n’est pas en reste. Les moutons et les agneaux sont nombreux, blottis dans la paille, à l’affût de la moindre caresse d’un visiteur. La race Rava est particulièrement à l’honneur. Évoluant principalement en Auvergne-Rhône-Alpes, et plus particulièrement dans la chaîne des Puys, zone difficile de montagne au sol souvent pauvre et acide et au climat rude, la race Rava s’est forgé une forte rusticité.
 

Un hectare dédié aux équins

Les équins sont aussi bien représentés. Le Sommet de l’Elevage dédie un espace d’un hectare à la valorisation de la filière équine du Massif Central. Avec plus de 300 chevaux représentant les 9 races de trait français mais aussi les chevaux de selle et les ânes, le pôle des équins attire chaque année toujours plus de visiteurs.


A la Grande Halle d’Auvergne, tout est organisé au mieux pour accueillir les animaux dans les meilleures conditions. De nombreux élèves de lycées agricoles sont mis à contribution pour préparer les bêtes. Mais tout prendra fin vendredi 9 octobre au soir. Les vaches, les chevaux et les moutons ne seront plus sous les feux de la rampe et devront regagner leur ferme d’origine, histoire de retrouver un peu de tranquillité.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
le sommet de l'élevage agriculture économie animaux nature