• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Les PME d’Auvergne se préparent à la 4ème révolution industrielle

Les cobots réagissent à la présence des humains pour adapter leurs actions. / © Stéphanie Vinot - France 3 Auvergne
Les cobots réagissent à la présence des humains pour adapter leurs actions. / © Stéphanie Vinot - France 3 Auvergne

Les cobots sont aux portes des PME auvergnates, des machines nées de la robotique collaborative. Elles ne se contentent pas d’exécuter des tâches, elles interagissent avec les humains qui travaillent à leurs côtés. Un enjeu que les grands groupes veulent partager.

Par Cyrille Genet

Les robots ont déjà leur place dans la plupart des entreprises auvergnates, mais les cobots sont plus rares. Leur nom découle de la robotique collaborative, une technologie qui vise à faire interagir les robots et les humains : "un cobot c’est un manipulateur qui peut travailler avec un opérateur à côté sans risque pour l’opérateur" explique Philippe Van de Sompele, directeur des opérations de la Société Isybot, "la seconde chose c’est que le robot a une vraie souplesse, ce qui permet qu’on peut aider l’opérateur dans son geste sans perturber son mouvement".

Pour se développer, cette technologie a besoin de d’être connue. Les grands groupes industriels comme Michelin commencent à les utiliser, la Maison Innovergne à Clermont-Ferrand s’est appuyée sur leur expérience pour convaincre les PME. Pour Julie Gratien, conseillère technologique à la Maison Innovergne,  "la motivation ou l’essai de cette technologie se fait plutôt dans des structures de taille intermédiaire ou des grands groupes et en termes de PME, on est plutôt au stade de la prise de conscience; aujourd’hui on a des PME qui se questionnent sur ces sujets là et viennent voir les acteurs qui sont susceptibles de les accompagner".

à l’aube de la 4ème révolution industrielle, Michel Dhome

Car l’enjeu, c’est de ne pas rater une évolution capitale pour le maintien de la performance économique grâce à la digitalisation numérique : "on travaille ensemble sur le développement de nouveaux robots, c’est pour soulager les opérateurs et faire à leur place des tâches répétitives, difficiles" pour que la charge mentale des opérateurs soit mobilisée sur des actions à haute valeur ajoutée dit Michel Dhome, le directeur de Factolab.

Enfin si les robots apprennent à collaborer avec les humains, il faudra que les ouvriers le fassent aussi pour accepter ces nouveaux compagnons de travail.
Les cobots : la révolution industrielle 4.0
Collaboration + robot = cobot ou faire travailler les robots et les humains ensemble. Les grandes entreprises y travaillent déjà, reste à convaincre les PME. Intervenants : Philippe Van de Sompele, directeur des opérations Société Isybot ; Michel Dhome, directeur de Factolab ; Julie Gratien, conseillère technologique à La maison Innovergne. - Reportage : Stéphanie Vinot, René Thévenot. Montage : Dominique Leyerloup

 

Sur le même sujet

Lyon : l'histoire du tunnel de Fourvière

Les + Lus