Primaire de la gauche en Auvergne : Qui soutient qui ?

Sept candidats sont en lice pour le premier tour de la primaire de la gauche le dimanche 22 janvier 2017 / © Martin Bureau /AFP
Sept candidats sont en lice pour le premier tour de la primaire de la gauche le dimanche 22 janvier 2017 / © Martin Bureau /AFP

La plupart des ténors Auvergnats se sont engagés en faveur de leur favori pour la primaire de la gauche des 22 et 29 janvier. Face aux sept prétendants, de nombreux élus soutiennent Manuel Valls. Mais Benoît Hamon s'affirme comme le candidat qui grimpe à la gauche du PS. 

Par Brigitte Cante

La plupart des ténors Auvergnats se sont engagés en faveur de leur favori pour la primaire de la gauche des 22 et 29 janvier. Face aux sept prétendants, de nombreux élus soutiennent Manuel Valls. Mais, dans le sprint final de la campagne, Benoît Hamon s'affirme comme le candidat qui grimpe à la gauche du PS.

En meeting à Clermont-Ferrand le 16 janvier, Benoît Hamon a attiré un millier de personnes : La plus grande affluence pour un candidat à la primaire de la gauche. Manuel Valls n'avait réuni que 300 partisans alors qu'il bénéficie de nombreux soutiens en Auvergne.

Le maire PS de Clermont-Ferrand fait partie des proches de l'ancien Premier Ministre. Manuel Valls avait d'ailleurs invité Olivier Bianchi à assister au premier débat télévisé de la primaire. Néammoins, au sein de son Conseil Municipal, la gauche est plurielle. Le maire vallsiste compte plusieurs adjoints qui soutiennent Benoît Hamon ou Arnaud Montebourg.

DES CHOIX CORNELIENS

Choisir un candidat a parfois été long et difficile. Dans le Cantal, le député PS Alain Calmette n'avait pas caché sa préférence pour la candidature d'Emmanuel Macron. Il fut l'inventeur de l'étiquette politique "macrono-vallsiste." Une étiquette éphémère : Alain Calmette a fini par trancher en faveur... de Manuel Valls.  Dans une vidéo postée sur You Tube, le député cantalien a vanté "l'autorité et l'expérience" de Manuel Valls pour exercer la fonction de Président de la République.

A la gauche du PS, Bertrand Pasciuto, maire de Cournon d'Auvergne, a longuement hésité entre Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, qui incarnent tous les deux à ses yeux, une ligne socialiste plutôt que social-démocrate. Il soutiendra finalement Benoît Hamon : " Au meeting de Benoît Hamon à Clermont-Ferrand, je n'avais pas vu autant de jeunes à une réunion politique depuis trés longtemps" explique-t-il.

Jacques Mézard, malgré son appartenance au PRG et la présence de Sylvia Pinel à la primaire de gauche, a résolument choisi de soutenir un candidat... hors primaire : Emmanuel Macron. Pour l'heure, le sénateur cantalien est le seul parlementaire auvergnat à le soutenir.

LES SOUTIENS DES PRINCIPAUX CANDIDATS

Soutiens Manuel Valls

Olivier Bianchi, Maire PS de Clermont-Ferrand
Michèle André, Sénatrice PS du Puy-de-Dôme
Odile Saugues, Député PS du Puy-de-Dôme
Alain Calmette, Député PS du Cantal
Guy Chambefort Député PS de l’Allier
André Chapaveire, Conseiller régional PS Auvergne Rhône Alpes

Soutiens Benoît Hamon

Bertrand Pasciuto Conseiller Départemental Maire PS de Cournon d'Auvergne 
Gérald Courtadon, Vice-président PS du Conseil Départemental 63
Cécile Audet, Adjointe au maire de Clermont-Ferrand
Laurent Johanny, Conseiller Municipal PS Le Puy-en-Velay
Lionel Gay, Conseiller départemental et maire DVG de Besse 63
Dominique Briat, Vice-présidente du Conseil Départemental 63

Soutiens Vincent Peillon

Jacques-Bernard Magner, Sénateur PS du Puy-de-Dôme
Alain Néri, Sénateur PS du Puy-de-Dôme
Anna Aubois, Conseillère régionale PS Auvergne Rhône Alpes

Soutiens Arnaud Montebourg

Bernard Lesterlin, Député de l’Allier
Grégory Bernard, Adjoint PS au maire de Clermont-Ferrand
Jérôme Auslender, Adjoint PS au maire de Clermont-Ferrand
Jean-Michel Guerre, Conseiller régional PS Auvergne Rhône Alpes

Soutiens Sylvia Pinel

Gérard Charasse Député PRG de l’Allier

Sur le même sujet

Les + Lus