Une autoroute totalement coupée dans un sens de circulation, une scène très rare. Les gendarmes du Puy-de-Dôme ont réalisé un contrôle de grande ampleur sur l’A75 dans le sens sud-nord, dans le secteur de l’aire de Lembron, dans la nuit du jeudi 11 au vendredi 12 octobre. 

Un dispositif de 85 gendarmes a été mobilisé ainsi que 3 maîtres-chiens. Des agents de l'Urssaf, de la protection aux populations et du service aux frontières étaient également présents. 
 

Lutter contre le trafic de stupéfiants 



Le premier objectif de cette opération : lutter contre le trafic de stupéfiants. Tous les automobilistes qui empruntaient cette autoroute en direction de Paris ont été contrôlés.

« Ce type de dispositif permet de contrôler tous les véhicules légers, les poids lourds qui permettent de transporter des produits illicites : produits stupéfiants, armes, billets. Cela permet également de lutter contre l’immigration irrégulière et la fraude de documents », explique le chef d’escadron Emmanuel Debacker, commandant de l’escadron départemental de sécurité routière du Puy-de-Dôme.

Les contrôles des gendarmes ont été fructueux : 6 automobilistes ont été arrêtés pour conduite sous stupéfiant et une personne pour détention de stupéfiant de 6,25 grammes.
 

L'A75, un axe stratégique 



Au total, 214 véhicules ont été passés au crible par les gendarmes. Ils ont aussi contrôlé 3 étrangers en situation irrégulière.

Il s’agit de la deuxième opération de ce type. La dernière remonte au mois de mai dernier. L’A75 est un axe stratégique traversée par des trafiquants de drogue : «  « Cette autoroute et gratuite. Elle part de l’Espagne, passe par Béziers, l’Hérault, Clermont-Ferrand et Paris. C’est le trajet le plus direct pour se rendre à la capitale et  livrer tout type de produits illicites. C’est un axe qui peut être fréquenté par des délinquants organisés», détaille le chef d’escadron Emmanuel Debacker.
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.



Il ajoute : « Nous organisons ce type de contrôles une fois par semestre de manière à faire un contrôle d’envergure sur cet axe. La première opération a été fructueuse puisque nous avions contrôlé le conducteur d’un bus qui transportait 45 collégiens et qui été sous l’effet de produits stupéfiants, en l’occurrence du cannabis ».

Lors de cette opération, les gendarmes ont également relevé 91 excès de vitesse dont un pour 137 km/h au lieu de 90km/h et une conduite malgré une annulation judiciaire du permis de conduire.

Ce contenu n'est pas compatible AMP.