Puy-de-Dôme : barrage filtrant organisé à Gerzat par des chauffeurs routiers

Lundi 16 décembre, depuis 7h30, des chauffeurs routiers organisent un barrage filtrant au rond-point de Gerzat, dans le Puy-de-Dôme. / © Karim Baïla / France 3 Auvergne
Lundi 16 décembre, depuis 7h30, des chauffeurs routiers organisent un barrage filtrant au rond-point de Gerzat, dans le Puy-de-Dôme. / © Karim Baïla / France 3 Auvergne

Lundi 16 décembre, des chauffeurs routiers ont mis en place un barrage filtrant à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme. Partout en France, les syndicats routiers ont organisé des blocages.

Par Catherine Lopes

Dans le Puy-de-Dôme, l’action des chauffeurs routiers a démarré lundi 16 décembre, à 7h30, au rond-point de Gerzat, à proximité de l’autoroute. Les chauffeurs routiers ont mis en place un barrage filtrant : ils bloquent les camions, les bus, les transporteurs mais laissent passer les véhicules. Environ 50 chauffeurs routiers ont répondu à l’appel de quatre syndicats : FGTE-CFDT, FO transports, CFTC et CFE-CGC. André Nunes, secrétaire général transports à la CFDT Auvergne, explique : « Nos revendications portent sur la mise en place d’un 13e mois pour le transport de marchandises, une vraie revalorisation salariale, l’amélioration des conditions de travail, l’instauration d’un permis professionnel et le maintien du dispositif du congé de fin d’activité ».

Un dispositif qui pourrait disparaître

Ce dispositif mis en place en 1997 permet aux conducteurs de partir en retraite de manière anticipée : pour les personnes d’au moins 57 ans, sous certaines conditions. En contrepartie d’une cotisation mensuelle équivalente à 2,8 % du salaire brut (prise en charge à 60 % par les employeurs et à 40 % par les salariés), l’allocataire perçoit 75 % de son salaire brut moyen durant la période de CFA (jusqu’à cinq ans). Ce dispositif bénéficie en outre d’une subvention de l’État. Ce congé a été mis en place à destination des conducteurs de transports de marchandises et de voyageurs, des conducteurs du secteur du déménagement et des convoyeurs de fonds. Mais avec le recul annoncé du départ de l’âge de la retraite, le gouvernement souhaite que ce dispositif soit revu.
Les chauffeurs routiers de Gezat envisagent de rester jusqu'à 17 heures au rond-point.
 

Sur le même sujet

Les + Lus