• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Puy-de-Dôme: en grève de la faim depuis le 21 mai, Laurent Alleaume veut aider les handicapés

Laurent Alloneau est en grève de la faim depuis le 21 mai, pour une meilleure prise en compte des handicapés. Il réclame un Grenelle du handicap. / © France 3 Auvergne
Laurent Alloneau est en grève de la faim depuis le 21 mai, pour une meilleure prise en compte des handicapés. Il réclame un Grenelle du handicap. / © France 3 Auvergne

Depuis le 21 mai à Lisseuil (Puy-de-Dôme) Laurent Alleaume est en grève de la faim pour protester contre la précarité des personnes handicapées. A 61 ans, alors qu'il n'a qu'un seul poumon après un cancer, son état devient critique.

Par Renaud Gardette

Il est en grève de la faim depuis le 21 mai : Laurent Alleaume veut protester contre la politique actuelle d'aide aux handicapés qu'il juge très insuffisante. Il réclame un véritable Grenelle du handicap. A 61 ans, alors qu'il n'a qu'un seul poumon depuis un cancer il y a 5 ans, sa situation devient critique et inquiète son entourage. Leur espoir : une rencontre avec la préfecture du Puy-de-Dôme pour obtenir un début de réponse des autorités.


Laurent Alleaume : "Le gouvernement veut faire des grands débats sur le handicap, mais au minima, avec simplement un site internet. Mois ce que je demande au gouvernement, c'est un Grenelle du handicap. Il y a différents groupes d'handicapés. Il faut qu'ils fassent leurs doléances, dans leurs groupes, mais c'est à eux de les défendre. Moi je suis une passerelle. J'ai une pathologie, je la connais, mais je ne connais pas la pathologie de quelqu'un qui a une sclérose en plaque, ses problèmes journaliers. Je ne peux pas le représenter."


Laurent avait déjà fait une marche en juin 2018, depuis l'Auvergne jusqu'à Paris, mais qui n'a pas vraiment eu d'impact. Il le reconnaît : "La comm', c'était pas mon truc. L'abbé Pierre disait "si tu trouves quelque chose de juste, ne le dis pas, fais-le." On l'a fait, il n'y a pas eu d'impact. C'est pas grave.
 

"Le CAC 40 doit financer le handicap"



Aujourd'hui, entouré par de nombreux gilets jaunes qui le soutiennent, Laurent veut dénoncer les contraintes financières des handicapés en France : "Le problème du handicap, c'est quand vous avez 860 euros. Un plein d'essence, c'est 10% de votre revenu. Vous comptez le loyer, l'électricité, l'eau, les assurances, internet et le téléphone, le reste à vivre, il n'y en a pas. Il y a des gens qui sont vraiment dans la souffrance. C'est des gens qu'on ne peut pas laisser. On demande au CAC 40 de financer le handicap (...). Il faut une solidarité nationale."
 

"C'est un maintien dans la pauvreté"


Pour prendre un exemple précis, Laurent précise : "Si quelqu'un touche une pension d'accident du travail, 900 euros par trimestre, on va retirer de son Allocation d'Adulte Handicapé (AAH) 300 euros par mois. C'est un maintien dans la pauvreté. C'est inadmissible (...). Le handicap, c'est de la maltraitance, et on ne peut plus continuer." Il dénonce également le fait que l'Allocation Adulte Handicapé serait annulée si le conjoint, valide, a un salaire confortable : "si ton conjoint gagne très bien sa vie, tu ne touches rien" dit-il.


Après une trentaine de jours sans manger, c'est maintenant l'entourage de Laurent qui s'inquiète vivement, même si son médecin traitant le suit de très près. Leur espoir : que la préfecture du Puy-de-Dôme apporte une réponse rapide à ses demandes et qu'un dialogue débute. Un courrier aux députés doit être rédigé d'ici quelques jours. "Il ne se bat pas pour lui, mais pour les autres, et il ne lâchera pas" disent ses proches, alors que son organisme puise désormais dans ses réserves pour survivre. 


 

L'allocation aux adultes handicapés

L'allocation aux adultes handicapés (AAH) est une aide financière qui permet d'assurer un minimum de ressources. Cette aide est attribuée sous réserve de respecter des critères d’incapacité, d'âge, de résidence et de ressources. Elle est accordée sur décision de la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Son montant vient compléter les éventuelles autres ressources de la personne en situation de handicap. Le montant de l'AAH sera porté à 900 € le 1er novembre 2019.

Sur le même sujet

Archives : les 20 ans du classement du Vieux-Lyon

Les + Lus