Puy-de-Dôme : un maire verbalise un automobiliste pour plusieurs infractions au code de la route

Le maire de Cébazat (Puy-de-Dôme) a utilisé son statut d'officier de police pour verbaliser un conducteur en infraction sur sa commune. (Photo d'illustration) / © Jérémie FULLERINGER / MAXPPP
Le maire de Cébazat (Puy-de-Dôme) a utilisé son statut d'officier de police pour verbaliser un conducteur en infraction sur sa commune. (Photo d'illustration) / © Jérémie FULLERINGER / MAXPPP

Dimanche 10 novembre aux alentours de 22h30, Flavien Neuvy, maire de Cébazat, près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) a constaté plusieurs infractions de la part d’un automobiliste. En tant qu’officier de police judiciaire sur sa commune, le maire a verbalisé le « chauffard ».

Par Solenne Barlot

Le maire de Cébazat, près de Clermont-Ferrand, ne tolère aucune infraction au code de la route sur sa commune, et il le fait savoir. Dimanche 10 novembre à 22h30, alors qu’il rentre chez lui accompagné de sa famille, Flavien Neuvy est dépassé par une berline noire. « Le véhicule était visiblement en excès de vitesse et a ensuite emprunté un sens interdit sur la Route de Gerzat », explique l’élu. Le maire contourne le sens interdit et retrouve le véhicule arrêté. Il décline son identité et décide de verbaliser le conducteur pour les infractions constatées. Comme tous les maires, il est officier de police judiciaire sur sa commune, et il est donc en droit de sanctionner des infractions.

Je sanctionne des infractions 2 à 3 fois par mois environ.

Flavien Neuvy n’en est pas à son coup d’essai. Il lui arrive régulièrement de verbaliser les personnes ne respectant pas le code de la route sur la commune de Cébazat : « Je dirais qu’il m’arrive de sanctionner des infractions environ deux à trois fois par mois. Quand il n’y a pas de danger, je fais simplement un rappel, mais si l’infraction est grave, par exemple une personne qui grille un feu rouge ou se gare sur une place handicapé, je sanctionne ». Comme les officiers de police, Flavien Neuvy dispose d’une carte magnétique à son nom qui lui permet de mettre des amendes sur la zone de sa commune.

Faire de la prévention

Si Flavien Neuvy est aussi attentif au respect du code de la route, c’est parce qu’il a effectué son service militaire en gendarmerie. La sécurité routière est un sujet qui lui tient particulièrement à cœur, en tant qu’ancien gendarme mais aussi en tant qu’élu : « Je ne laisse rien passer. Si le maire constate une infraction et ferme les yeux, il n’y a plus de République. » Selon lui, l’objectif n’est pas uniquement de punir les coupables d’infraction mais aussi de faire de la pédagogie : « J’essaye de les revoir à tête reposée pour leur signifier en quoi leur comportement est dangereux et faire de la prévention. »

Les maires qui verbalisent parfois menacés 

Malgré son engagement, le maire avoue comprendre les élus qui n’en font pas autant. En verbalisant sans uniforme, il s’expose parfois au mécontentement voire à l’agressivité des contrevenants : « La personne à qui j’ai eu affaire dimanche était très calme, mais ce n’est pas toujours le cas. Il m’est arrivé d’avoir peur pour ma sécurité. Parfois aussi les gens ne savent pas que le maire est un OPJ, ils sont surpris ». Les contraventions données par le maire ne concernent pas que ses administrés mais toute personne commettant une infraction sur le territoire de la commune. Flavien Neuvy avertit : « Quand vous arrivez à Cébazat, respectez le code de la route. »

Sur le même sujet

Les + Lus