Renault : qui est ​​​​​​​Jean-Dominique Senard, patron de Michelin pressenti pour remplacer Carlos Ghosn ?

Jean-Dominique Senard, président sortant de Michelin, favori dans la course à la succession de Carlos Ghosn à la tête de Renault / © L. Marin / AFP
Jean-Dominique Senard, président sortant de Michelin, favori dans la course à la succession de Carlos Ghosn à la tête de Renault / © L. Marin / AFP

Le patron de Michelin, Jean-Dominique Senard, doit quitter son poste en mai. Il est pressenti pour remplacer Carlos Ghosn à la tête de Renault. La succession pour diriger le groupe au losange est  lancée depuis le 16 janvier.

Par Renaud Gardette

Le patron de Michelin sur le départ, Jean-Dominique Senard, va t-il remplacer Carlos Ghosn à la tête de Renault ? Son nom circule régulièrement. Le constructeur automobile s'est officiellement mis en quête d'un successeur à Carlos Ghosn, après l'appel de l'Etat français pour une nouvelle gouvernance. A 66 ans le PDG de Michelin doit passer la main en mai. 


"Les organes de gouvernance de Renault travaillent activement à la recherche de la meilleure solution pour la gouvernance future", a simplement déclaré le groupe au losange dans un communiqué.
 

Les années Michelin


Né en mars 1953, Jean-Dominique Senard entre chez Michelin en 2005, comme directeur financier, puis président du groupe en 2012. Il se concentre sur le marché international. En 2013, il assume la suppression de 730 postes à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loir), tout en investissant  800 millions d’euros dans les autres usines françaises. En 2014, sous sa mandature, un représentant syndical entre au conseil de surveillance du groupe. Le mandat de Jean-Dominique Senard est renouvelé en 2014 pour 4 ans.

Son style est marqué par un développement responsable, et un "dialogue social", la valorisation de l’apprentissage pour attirer les jeunes vers des emplois en apparence peu attractifs. En 2017, Michelin annonce un résultat net pour l’année 2016 en hausse de 43%  à 1,7 milliard d’euros.

Carlos Ghosn, lui, a passé 18 ans chez Michelin, à Clermont-Ferrand, avant de rejoindre Renault en 1996. 

Début 2018, Jean-Dominique Senard avait souhaité présenter sa candidature pour succéder à Pierre Gattaz à la tête du Medef, mais il en a été empêché par la limite d'âge.
 

Qui va décider ?


L'Etat français détient 15% du capital et environ 22% des droits de vote chez Renault. Il a demandé la convocation d'un conseil d'administration dans les prochains jours.

"Aucun calendrier précisé n'est arrêté. Le conseil décidera après que le comité des nominations et de la gouvernance aura examiné les candidatures et fait ses recommandations. C'est Renault qui décide de sa gouvernance, pas l'Etat, même si nous travaillons en parfaite harmonie", a précisé Philippe Lagayette, administrateur référent de Renault.

Pour Bruno Le Maire, Ministre de l'Economie, Jean-Dominique Senard "est un grand industriel, un homme qui a une conception sociale de l'entreprise et qui l'a démontré à plusieurs reprises, ainsi qu'un spécialiste du secteur automobile".

 

Deux postes à pourvoir ?


Scénario souvent évoqué: le poste de PDG de Renault pourrait être scindé en deux, avec un président du conseil d'administration d'un côté et un directeur général exécutif de l'autre, le nom de Thierry Bolloré, nommé il y a un an adjoint de Carlos Ghosn, revenant le plus souvent pour ce dernier poste. Au-delà de Renault, il faudra aussi un successeur à Carlos Ghosn à la tête de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, premier ensemble automobile mondial. D'après ses statuts, son patron est choisi par Renault.
 
 

Sur le même sujet

Les + Lus