Saint-Gervais-d’Auvergne ne veut pas perdre sa perception

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cyrille Genet

La perception installée dans la maison des services publics de Saint-Gervais-d’Auvergne pourrait bientôt fermer, c’est l’objet de la consultation des maires menée par la Direction Départementale des Finances Publiques. Une injustice pour cette commune rurale dit le Maire.

L’information avait commencé à circuler, elle est devenue officielle lorsque le Directeur Départemental des Finances Publiques du Puy-de-Dôme est venu en discuter sur place mercredi matin. "Nous sommes en phase de consultation" explique Karine Bremaud, chef de cabinet du Directeur Départemental des Finances Publiques.

Un coup de massue pour le Maire de Saint-Gervais-d’Auvergne, Michel Girard (SE) qui ne comprend pas ce revirement de l’Etat. Pour lui nomination il y a 6 mois sur place d’un inspecteur divisionnaire des Finances Publiques avait été le signe de renforcement du rôle que l’on voulait donner à la perception.

D’autant que Saint-Gervais, 1300 habitants, a pu bénéficier du plan "1000 maisons de services au public" décidé lors du comité interministériel du 13 mars 2015. Labellisées par les préfets de département, après concertation avec les élus locaux – en particulier les maires - et les opérateurs, les maisons de services au public doivent assurer le premier lien entre les usagers et les partenaires signataires tels que notamment Pôle Emploi, les caisses d’allocation familiale, d’assurance maladie, de retraite, de mutualité sociale agricole, La Poste, GrDF ou des opérateurs locaux.

Pour Michel Girard, "la perception, c’est le service public le plus important de la commune, avec 4 agents de l’Etat, pour gérer les finances de 2 communautés de communes (Pionsat et Saint-Gervais) , alors qu’il y a une cinquantaine d’exploitations agricoles et 90 entreprises sur la commune. C’est une grande injustice, pensez aux personnes âgées qui ne savent pas comment remplir leur feuille d’impôts, et qui ont besoin d’un conseil".

Mais désormais "il faut faire avec la nouvelle coopération intercommunale qui va naitre sur le canton de Saint-Eloy-les Mines. Il ne serait plus nécessaire de conserver les perceptions de Saint-Gervais et Montaigut distantes d’au moins 25 kilomètres pourtant" s’inquiéte Michel Girard.

Il appelle les habitants de sa commune manifester vendredi de 11 heures à midi devant la mairie, aux côtés du conseiller départemental et des élus des communes environnantes qui se mobilisées.

La décision finale sera prise le ministre des Finances Publiques, car c’est toujours un arrêté ministériel qui valide la réorganisation des services.