Streptocoque A : 3 mamans contaminées à la maternité du CHU de Clermont-Ferrand

Streptocoque A : 3 mamans contaminées à la maternité du CHU de Clermont-Ferrand
Le week-end de Pâques, 3 mamans ont contracté une maladie nosocomiale à la maternité du CHU de Clermont-Ferrand. Le responsable est un germe tristement connu en milieu hospitalier : le streptocoque A. Intervenants: Professeur Ousmane Traoré, Chef de Service Hygiène Hospitalière au CHU de Clermont-Ferrand. - C. Fallas / B. Livertoux / Q. Maury

Le week-end de Pâques, 3 mamans ont contracté une maladie nosocomiale à la maternité du CHU de Clermont-Ferrand. Le responsable est un germe tristement connu en milieu hospitalier : le streptocoque A. A titre préventif, une soixantaine de jeunes mères ont été placées sous antibiotiques.

Par Kamel Tir

C’est la hantise des hôpitaux : les maladies nosocomiales. Des infections contractées en milieu hospitalier. A Clermont-Ferrand, lors du week-end pascal, 3 femmes qui ont accouché à la maternité du CHU Estaing de Clermont-Ferrand en ont fait les frais. A l’origine d’une fièvre importante : le streptocoque A. Un germe qui a souvent des conséquences bénignes sur la santé du patient mais qui parfois peut être mortel.
Une fois le diagnostic établi, le CHU a placé une soixantaine de jeunes mamans sous antibiotiques… par précaution explique-t-on.

la situation est sous contrôle 



« Il s’agit d’une maladie à durée d’incubation assez courte donc si de nouveaux cas devaient se déclarer ils se seraient déjà déclarés » affirme le Professeur Ousmane Traoré, Chef de Service Hygiène Hospitalière au CHU de Clermont-Ferrand.

Et de préciser : « C’est le germe qui donne les fameuses angines blanches. Dans la population, un certain nombre de personnes sont porteuses et ne présentent aucun symptôme …  parfois lorsqu’il y a un terrain fragilisé, notamment chez les femmes enceintes, le streptocoque A peut provoquer des infections qui peuvent être graves ».

Mais selon lui « la situation est sous contrôle ». Les mesures d’hygiène ont été renforcées et les traitements antibiotiques systématisés à l’ensemble des personnes en contact avec la maternité. Ce protocole préventif devrait durer au moins jusqu'à fin avril.

Sur le même sujet

L'Université Grenoble Alpes veut provisoirement héberger les migrants dans d'anciens locaux

Près de chez vous

Les + Lus