• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Vendanges : les vignerons du Puy-de-Dôme peinent à trouver de la main d'œuvre

Les vignerons du Puy-de-Dôme cherchent des bras pour vendanger. / © Raymond Roig/AFP
Les vignerons du Puy-de-Dôme cherchent des bras pour vendanger. / © Raymond Roig/AFP

Les vendanges commenceront à la mi-septembre dans le Puy-de-Dôme. Comme partout en France, les vignerons s'activent pour trouver de la main d'œuvre. Nombreux rencontrent des difficultés pour composer leur équipe. 

Par D.Cros

Les vendanges vont bientôt commencer. D’après la maturation des raisins, elles devraient débuter aux alentours du 15 septembre dans le Puy-de-Dôme et un peu avant au nord du département. Les vignerons composent leur équipe pour ramasser le raisin. Une tâche loin d’être évidente et qui s’est compliquée ces dernières années.

David Rougeyron possède 14 hectares de vigne vers Châteauguay. Il propose du rosé et du blanc en Côtes d’Auvergne et du rouge en Côtes d’Auvergne-Châteaugay. "J’ai déjà dix personnes, il faut que j’en trouve dix autres. J’essaie au maximum de reprendre les mêmes personnes d’une année sur l’autre car trouver du nouveau personnel est loin d’être évident" précise-t-il. Le vigneron ajoute : "Je continue de faire les vendanges manuellement mais par économie et par manque de personnel, j’ai dû m’adapter. L’an dernier, j’ai été obligé de récolter 50% avec la machine et cette année, je vais probablement devoir augmenter à 70%".

Les coupeurs et les porteurs sont particulièrement recherchés par les propriétaires viticoles. Certains vignerons le reconnaissent, au delà de la difficulté de la tâche, c'est parfois l'absence de logement et de repas qui freine les candidats.  
 

De plus en plus de difficultés à recruter 


La majorité des vignerons le reconnaissent, trouver de la main d’œuvre motivée et qualifiée est loin d'être évident. "C’est un travail physique, sur une durée courte, payé au SMIC horaire. Certains viennent un jour et ne reviennent pas le lendemain" explique David Pélissier. Ce vigneron situé à Boudes récolte l’intégralité de ses 5 hectares ½ à la main.

Cette année, il n’a pas fait appel comme d’ordinaire à une agence pour trouver des salariés. Il a décidé de se débrouiller par ses propres moyens pour trouver du personnel. Il a posté une annonce sur son compte Facebook. "J’étais très inquiet, c’est pour cela que j’ai posté une annonce. J’ai reçu pas mal de réponses. Il va maintenant falloir faire le point. J’espère avoir des candidats sérieux" dit-il.  
 

Les vignerons qui ne peinent pas à trouver de personnel sont généralement ceux qui disposent d’une équipe d’habitués. C’est le cas de Corinne Lacherade à Saint-Pourçain-sur-Sioule, dans l'Allier. "Mon équipe est complète. Je la reconduis d’année en année. Ce sont des habitués". Puis elle rigole en disant : "L'équipe est vieillissante mais tout se passe bien et le travail est bien fait". Une dizaine de personnes l’aide à vendanger les 6 hectares du domaine familial. Dans quelques jours, ils ramasseront les précieuses grappes de couleur or et de couleur noire.

 

Sur le même sujet

Beaulieu (Ardèche) : comment détermine-t-on la date des vendanges ?

Les + Lus