Gaspillage alimentaire : des restaurants du Puy-de-Dôme proposent des “Gourmet Bag”

Le "Gourmet bag" ou "doggy bag" à la française permet de ramener les restes de son repas chez soi. / © L.Pastural/France 3 Auvergne
Le "Gourmet bag" ou "doggy bag" à la française permet de ramener les restes de son repas chez soi. / © L.Pastural/France 3 Auvergne

Depuis le 13 octobre, des restaurateurs du Puy-de-Dôme proposent aux clients d'emporter leurs restes dans un "gourmet bag". Une initiative du Valtom 63, syndicat de valorisation des ordures ménagères, qui souhaite réduire les déchets et lutter contre le gaspillage alimentaire. 

Par D.Cros

Des restaurateurs du Puy-de-Dôme proposent des "gourmet bags"

Un chiffre impressionnant mais vrai… 10 millions de tonnes d’aliments sont gaspillés chaque année en France, soit 150 kilos par personne.

Le Gourmet Bag pour lutter contre le gaspillage alimentaire


Pour éviter que les déchets ne finissent à la poubelle et soient incinérés, des solutions existent. Parmi les initiatives : le Gourmet Bag, version française du Doggy Bag.

Dans le Puy-de-Dôme, 22 restaurateurs se sont lancés dans cette opération. Ils proposent à leurs clients qui n’ont pas terminé leur repas d’emporter les restes. 

Le Valtom 63, syndicat de valorisation des ordures ménagères est à l’origine de cette initiative. Le directeur, Laurent Battut explique : "Nous souhaitons diviser par deux le gaspillage alimentaire à l’horizon 2025".

Le secteur de la restauration représente à lui seul 14% du gaspillage alimentaire. Chaque personne gaspille 125 grammes de nourriture à chaque repas. Laurent Battut ajoute : "C’est énorme et si l’on traduit en termes économiques, cela représente 120 euros à 150 par personne".

Le Valtom, en partenariat avec le Conseil Régional d'Auvergne Rhône-Alpes, les Parcs naturels régionaux Livradois-Forez et Volcans d’Auvergne et les syndicats de collecte accompagne gratuitement les restaurants souhaitant s’engager dans la démarche. 

Compostage : "Le déchet est une ressource qu’il faut valoriser"


Le Valtom a également mis en place le dispositif : OrganiCité. L’objectif est de travailler localement avec les acteurs du territoire publics et privés pour détourner les déchets de la poubelle.

"Le déchet est une ressource qu’il faut valoriser. Le déchet qui ne coûte pas cher est celui que l’on ne produit pas et que l’on ne transporte pas" souligne Laurent Battut. Puis il ajoute : "Le composte est un gain pour l’environnement et un gain économique pour les usagers et les contribuables".

Dans le département du Puy-de-Dôme, 12 collectivités ont accepté de participer. Elles veillent à lutter contre le gaspillage alimentaire, mettent en place de nouvelles pratiques de jardinage et font du compostage.

Sur le même sujet

Isère : la carrière du Pont-Barrage, une future aire de grand passage pour les gens du voyage ?

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne