La Bourboule : une cure thermale après cancer

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cyrille Genet avec Marie Morin

Les grands Thermes de la Bourboule proposent une cure aux personnes atteintes d’un cancer. Cela s’intègre dans la prise en charge des suites de la maladie, 18 jours de soins pour se réapproprier son corps et renouer avec sa vie sociale, familiale et professionnelle.

Les Grands Thermes de la Bourboule en ont fait une nouvelle spécialité. S’appuyant sur leur expérience en dermatologie, ils ont étendu leur offre de cure conventionnée aux personnes atteintes d’un cancer. Et c’est essentiellement des femmes atteintes d’un cancer du sein qui viennent ici pour se réapproprier leur corps, mutilé par la maladie et les traitements et renouer avec la vie sociale, familiale et professionnelle. Elles y trouvent un bien-être physique... et moral.

C’est le cas de Martine Pradier, 51 ans, qui a connu les épreuves du traitement d’un cancer du sein : opération chirurgicale, chimiothérapie et radiothérapie. Tout cela est désormais derrière elle, mais 3 ans après, son corps n’a toujours pas récupéré.

Pour la 3e fois, elle suit une cure, et petit à petit, elle retrouve son corps, ses sensations, ses mouvements aussi. "Je n’arrivais pas à lever mon bras gauche, grâce aux kinés j’ai pu retrouver la mobilité de mon bras et sinon au niveau de la peau, parce que la radio-thérapie ça brûle, grâce aux bienfaits de l’eau, elle devient plus claire, les cicatrices sont plus belles" explique Martine Pradier.

Hélène Dupuis a été opérée en août dernier, il a fallu procéder à une ablation de son sein droit. "Le fait qu’on m’ait enlevé le sein, c’est vrai que c’est pas marrant, mais je me dis qu’on m’a enlevé la maladie, donc je le vis pas si mal que ça".

Mon corps a parlé, on m’a enlevé mon cancer et maintenant j’avance et je vais guérir… je suis guérie d’ailleurs, Hélène Dupuis


A la suite de l’intervention, la cicatrice est toujours douloureuse.  Elle a terminé la chimiothérapie au début de cette année, le traitement a vaincu le cancer, mais il a malmené sa peau. Avec une douchette, le médecin projette un fin filet d’eau à très faible pression. "Ça a des vertus cicatrisantes, apaisantes, c’est une eau arsenicale, chlororé-sodique et bicarbonée, et qui contient d’autres éléments" précise Docteur Elisabeth Caillaud, médecin thermal.

La cure ne se limite pas aux seuls soins thermaux, c’est aussi un moment d’écoute et de réconfort, il faut se réapproprier son image.

La chimio m’a fait perdre les cheveux, les sourcils, les cils. Après petit à petit on se retrouve, on a la force de revenir dans le monde. J’ai décidé de me prendre en charge et d’être une femme, Martine Pradier


Pour soutenir la lutte contre le cancer sur sein et aider les associations qui viennent en aide aux malades, 2 manifestations en Auvergne : Les Géraldines de la Vichyssoise et les Marcels le 29 mai à Vichy et La Clermontoise, le 5 juin place de Jaude à Clermont-Ferrand.

durée de la vidéo: 05 min 34
La cure thermale post cancer aux Grands Thermes de La Bourboule (63)