Pas d'internet et pas de téléphone, des villages coupés du monde dans le Puy-de-Dôme

Publié le Mis à jour le

Il existe un plan national pour apporter le très haut débit partout d'ici en 2022. Mais dans les zones rurales, on rêve déjà de n'avoir ne serait-ce que l'ADSL car internet, téléphone, il faut être très patient pour se connecter aux restes du monde. 

Très peu de connexion internet, c’est le quotidien des habitants d’Orléat, comme Cédric Dauduit. Il est chef d’entreprise, il dirige une société qui fabrique des cannes pour marcher. Il les vend dans le monde entier, mais ce n’est pas toujours évident pour lui lorsque le réseau internet n’arrive pas jusque dans les locaux de son entreprise.
« S’il y a une question on ne peut pas répondre tout de suite, s’il n’y a pas de réseau pendant plusieurs heures on attend le lendemain ou le soir pour répondre donc on est moins réactif, explique le chef d’entreprise. On perd en compétitivité du fait que l’on ne va pas répondre tout de suite à la demande ».

Orléat n’est pas la seule commune à être touchée par ces zones blanches internet et téléphone, c’est le cas aussi de Bulhon, le village d’à côté qui compte près de 600 habitants. La connexion internet haut-débit y est médiocre. Pour les habitants, c’est un handicap. « Quand tout le monde rentre du travail, tout le monde se met sur l’ordinateur, et bien nous nous avons des coupures, tout un tas de problèmes, raconte Marie-Noëlle Fayon, une habitante. On ne peut plus faire nos recherches ou faire quoique ce soit sur internet ».

300 centres-bourgs en zones blanches en France


Un handicap également pour la commune qui a du mal à convaincre les entreprises à s’installer sur son territoire. 
« Nous n’avons pas les moyens d’investir dans la fibre optique en tant que petite commune donc effectivement si on n’a pas d’aides de l’Etat ou de la région ou du département, ce ne sera pas possible », évoque le maire de Bulhon, René Godignon.
En effet la région Auvergne Rhône-Alpes est en charge de régler ces difficultés d'accès concernant l'internet et le téléphone fixe. 

De leur côté, les sociétés télécom doivent tenir des engagements pour les zones blanches quant à l'accès internet mobile. Selon la fédération française de télécom Orléat et Bulhon ne sont pas concernés par le programme zones blanches.
Ces zones blanches devaient disparaître fin 2016. L’échéance a été repoussée au 30 juin 2017 concernant la couverture en réseaux 3G (internet mobile). Mais selon l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques), en avril 2017, 300 centres-bourgs sont toujours considérés comme zones blanches.
La loi Macron prévoyait un budget de 80 millions d’euros pour ce chantier.

durée de la vidéo: 01 min 53
Zones blanches internet et téléphone, des exemples à Orléat et Bulhon (63)