Pourquoi la chaîne des Puys est devenue le dernier refuge de la Pie-grièche grise

Publié le
Écrit par Aurélie Albert .

À Saulzet-le-Froid, dans le Puy-de-Dôme, la Pie-grièche grise est devenue l’emblème de la commune. Une fresque représentant le petit oiseau en témoigne. Un moyen de faire connaître et sensibiliser les passants à cette espèce menacée dans toute la France.

Vous l’avez peut-être déjà aperçue près d’une prairie perchée dans un arbre ou au-dessus d’une haie. La Pie-grièche grise est un petit oiseau pas plus gros qu’un merle et de couleur grise. Pour avoir une idée de ce à quoi ressemble ce à quoi elle resemble, direction Saulzet-le-Froid, dans le Puy-de-Dôme où dès l’entrée de la commune vous serez accueillis par une grande fresque représentant la Pie-grièche grise. « On a voulu réalisé cette fresque ici, parce que l’Auvergne est le noyau d’habitat de cette espèce, explique Sébastien Nottellet, de la Ligue de protection des oiseaux en Auvergne. La Pie-grièche grise est emblématique de la Chaîne des Puys, mais c’est une espèce méconnue. Le but est de la faire connaître ».

2 360 individus dans le Massif central

Pour ceux qui ne le connaissent pas, l’oiseau est reconnaissable avec son bec crochu et son bandeau noir au niveau des yeux. L’espèce était très répandue par le passé. « L’oiseau était présent sur les trois-quarts du territoire français, continue Sébastien Nottellet. Aujourd’hui, on compte 2 360 individus dans le Massif central qui concentre 90 % des effectifs de la France. Il en existe encore quelques-uns en Alsace (un couple), en Lorraine et en Franche-Comté. À titre de comparaison, pour une autre espèce, les individus sont des centaines de milliers. La régression en Auvergne, entre les années 90 et les années 2000, est estimée de 30 à 55 % ».

Modification des paysages agricoles

C’est l’une des espèces les plus menacées en France. Les prairies et les bocages sont ses lieux de prédilection, elle est dépendante des zones agricoles. « L’intensification dans l’agriculture en France et la modification des pratiques agricoles ont modifié les paysages. Les haies et les bocages ont été réduits, les zones humides ont été supprimées. Ce sont les principales raisons de la perte des populations. La Pie-grièche grise est un prédateur et se nourrit principalement de campagnols et d’insectes. Elle chasse à l’affût, perchée sur un arbre ou sur une haie, comme les buses et les rapaces ».

Favoriser une agriculture locale

L’espèce perdure en Auvergne et principalement dans l’Ouest, en altitude avec la chaîne des Puys, le Cézallier et les Combrailles. Ce sont des territoires ouverts façonnés par l’élevage avec des prairies permanentes fleuries, du bocage et des zones humides. « Ce qui fait de l'espèce un emblème d’une agriculture locale de qualité et extensive. On protège ce qu’on aime, on aime ce qu’on connaît, comme disait Jacques Cousteau. C’est exactement pour ça que l’on a fait cette fresque pour que les gens soient sensibilisés. Pour préserver l’espèce, il faut favoriser une agriculture locale et de qualité qui maintient les prairies dans les paysages agricoles avec des arbres et des haies. Tous les citoyens ont un rôle à jouer en favorisant un mode de consommation permettant ce type d'agriculture », conclut Sébastien Nottellet. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité