Puy-de-Dôme : le Centre de l’Enfance dénonce "des conditions insupportables pour les enfants"

Quatre mois après sa dernière mobilisation, le personnel du Centre Départemental de l’Enfance du Puy-de-Dôme reprend la manifestation jeudi 2 juillet. Un cortège parti de Chamalières s'est dirigé vers le Conseil Départemental pour demander plus de moyens. Une délégation a été reçue.

Au centre de l'enfance de Chamalières (Puy-de-Dôme), les salariés manifestent pour demander plus de moyens et une meilleure prise en charge des enfants.
Au centre de l'enfance de Chamalières (Puy-de-Dôme), les salariés manifestent pour demander plus de moyens et une meilleure prise en charge des enfants. © D.Cros / FTV
Les personnels du Centre départemental de l'enfance et de la famille du Puy-de-Dôme sont en grève ce jeudi 2 juillet. Ils se mobilisent depuis plus d'un an. Manque de personnel, trop d'enfants à prendre en charge, locaux inadaptés, ils réclament de meilleures conditions de travail. « On dénonce le sureffectif. On a 5 lits à barreaux dans une chambre qui fait 12 m², on est très peu de personnels, il y a très peu de titulaires. Ce sont des conditions de travail insupportables pour les enfants », s’indigne Agnès Mi, auxiliaire de puériculture. « On vient au travail actuellement pour répondre aux besoins primaires des enfants, mais en réalité les enfants placés ont des besoins bien plus importants que ce soit le lien affectif, que ce soit l’attachement à l’autre, la confiance en l’adulte. Tout ça, les conditions actuelles ne permettent plus d’y répondre », ajoute Mélodie Marchelie, elle aussi auxiliaire de puériculture au centre de l’enfance.

Deux millions prévus pour une nouvelle pouponnière

La date de cette mobilisation n'a été pas choisie au hasard. Pendant 2 jours, le conseil départemental du Puy-de-Dôme, dont dépend le centre, se réunit pour voter le budget 2020. Une délégation est reçue juste avant le début de la session. « On envisage de créer une deuxième pouponnière. Déjà, dans le budget tel qu’il est, il y a plus de 2 millions consacrés à l’investissement pour la pouponnière notamment, avec des postes également, des titularisations », affirme Jean-Yves Gouttebel, président du Conseil Départemental du Puy-de-Dôme.

"C’est largement insuffisant "

Ces mesures sont jugées insuffisantes selon les salariés et les représentants du personnel. « Les 2 millions d’euros qu’il met pour restructurer la pouponnière du centre de l’enfance, c’est largement insuffisant pour reconstruire une pouponnière. Il faudrait entre 5 et 7 millions d’euros. D’autre part, sur les mesures budgétaires concernant le personnel du centre de l’enfance, Monsieur Gouttebel ne dit rien de plus », déclare Charlie Paysac, représentant du personnel au Centre départemental de l'enfance et de la famille. Tous attendent de connaître le positionnement et le vote du budget par l'assemblée pour décider des suites à donner à leurs revendications.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social famille société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter