Puy-de-Dôme : la sécurité de proximité se déploie en ville et à la campagne

Des unités de gendarmerie se déploient dans le Puy-de-Dôme pour aller à la rencontre des élus, des habitants et des commerçants. / © MYCHELE DANIAU / AFP
Des unités de gendarmerie se déploient dans le Puy-de-Dôme pour aller à la rencontre des élus, des habitants et des commerçants. / © MYCHELE DANIAU / AFP

La police à VTT, équipée de tablettes, à Clermont-Ferrand et des équipes de gendarmes au plus proche des habitants : le département du Puy-de-Dôme veut privilégier la proximité par tous les moyens. Les effectifs seront d’ailleurs renforcés au fil des semaines pour assurer cette mission.

Par Aurélie Albert

Depuis le mois de février, dans le secteur de Veyre-Monton (Puy-de-Dôme), une unité de gendarmerie parcourt les 32 communes pour aller à la rencontre des habitants, des élus, et des commerçants. Ils sont quatre à être entièrement mobilisés pour cette mission de proximité ; parmi eux, l’adjudant-chef Martinelli et l’adjudant Pouillon.
« Il y a une confiance qui a un petit peu été perdue de par nos missions depuis des années, évoque l’adjudant Pierre-Jean Pouillon. Du coup, maintenant, on prend le temps et on sent bien que la population est contente de nous voir dans un autre contexte ».
« Nos journées et nos soirées sont dédiées à ça, continue l’adjudant-chef Franck Martinelli. Après, on s’adapte aux personnes que l’on doit rencontrer ».

Veyre-Monton : les gendarmes de proximité à la rencontre des habitants
En février dernier, le ministre de l'intérieur, Gérard Collomb, a présenté la police de sécurité du quotidien, (une nouvelle police de proximité). En zone gendarmerie cela se traduit notamment par la création de groupe de contact, des unités de gendarmés dédiée au contact avec la population. C'est le cas dans la communauté de brigade de Veyre-Monton, où le groupe de contact était aujourd'hui officiellement présenté à la presse. Intervenants : Adjudant Pierre-Jean Pouillon, Adjudant-chef Franck Martinelli ; Sébastien Rastoix, La Hutte gauloise ; Lieutenant Isabelle Chazal, Commandante communauté de brigade de Veyre-Monton - Reportage : Laurent Pastural, Alfonso Martinez, Laurent Bortolazzo et Benoît Courtine


Au début du mois de février, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a présenté la police de sécurité du quotidien. Depuis, différentes mesures ont été prises sur le territoire national. Notamment, 20 départements vont faire l’objet d’un renfort d’effectifs. C’est le cas du Puy-de-Dôme. Une manière de dégager du temps et des personnes dans ces unités de gendarmerie.
« On contacte les gens souvent dans le cadre des enquêtes, mais là, ils nous voient en dehors du cadre de l’enquête, de la police route, en dehors de l’agent verbalisateur, explique le lieutenant Isabelle Chazal, commandante de la communauté de brigade de Veyre-Monton. C’est ça qui est intéressant, c’est de retrouver cet échange avec la population, qui est en fait un échange très simple ».


Moins au bureau et plus sur le terrain 


Des enjeux touristiques, en termes d’atteinte aux biens, de mobilité, d’accompagnement avec les industries et les entreprises, le terrain est propice dans le Puy-de-Dôme. Les secteurs de Riom, Ambert et Clermont-Ferrand devraient être dotés de ces unités.

Côté ville aussi la préfecture privilégie la proximité. Les brigades de policiers à VTT vont être équipées de tablette néo. Un véritable bureau à portée de main. « Un moyen de rester plus longtemps sur le terrain et d’éviter le retour au bureau, et donc de rester plus proche des gens », explique la préfecture.
64 tablettes sont déjà utilisées par les services de police, une centaine devrait arriver en 2018.

Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus