Puy-de-Dôme : l’UFC-Que Choisir dénonce les pratiques abusives des pompes funèbres

L’UFC-Que Choisir du Puy-de-Dôme vient de publier les résultats d’une enquête menée par ses bénévoles dans 21 magasins de pompes funèbres. / © MYCHELE DANIAU / AFP FILES / AFP
L’UFC-Que Choisir du Puy-de-Dôme vient de publier les résultats d’une enquête menée par ses bénévoles dans 21 magasins de pompes funèbres. / © MYCHELE DANIAU / AFP FILES / AFP

L’UFC-Que Choisir du Puy-de-Dôme vient de publier les résultats d’une enquête menée par ses bénévoles dans 21 magasins de pompes funèbres. L’enquête met en lumière « les déplorables pratiques commerciales des professionnels des pompes funèbres ».
 

Par Catherine Lopes

L’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir du Puy-de-Dôme a publié fin octobre les résultats d’une enquête réalisée en mars 2019 par ses bénévoles dans 21 magasins de pompes funèbres du département. Daniel Bideau, président de l’UFC-Que Choisir du Puy-de-Dôme, explique : « Notre dernière enquête remonte à 2014. Depuis cette date, les prix n’ont pas baissé et ont au contraire augmenté de 14%. Ceci est bien supérieur à l’inflation ». L’enquête montre que le business des pompes funèbres est un marché très lucratif.

Des écarts de prix

Daniel Bideau souligne : « Il s’agit d’un commerce comme les autres. La plupart pratique des tarifs élevés. Dans le Puy-de-Dôme, les prix sont particulièrement élevés. L’écart avec la Haute-Loire est assez net ». Il ajoute : « Notre enquête montre que le prix total des obsèques pour une inhumation, hors caveau et concession, s’établit en moyenne à 3 954 euros. Mais les prix varient de 2 657 à 4 797 euros. Pour une crémation, le prix moyen est de 3 551 euros, avec des écarts allant de  2 955 à 4 177 euros ». L’enquête dénonce également le manque de comparabilité des offres.

Le problème du devis-type obligatoire

Daniel Bideau affirme : « Alors qu’il s’agit d’un secteur où les consommateurs ne sont pas toujours dans des dispositions psychologiques propres à comparer les prix, il est particulièrement regrettable que le comportement des professionnels ne favorise en rien les comparaisons. En effet, alors que ces derniers ont l’obligation de remettre gratuitement un devis écrit, détaillé et chiffré, dans 29 % des cas cette demande exprimée par nos enquêteurs est restée lettre morte. Et quand un devis est remis, il n’est en rien conforme au devis-type obligatoire, instauré il y a près de 10 ans, dans 75 % des cas ». Le président d’UFC-Que Choisir conclut : « Si j’avais un conseil à donner, c’est celui de se poser des questions avant de faire le choix du professionnel. Par exemple, on peut souscrire une assurance obsèques, pour laquelle il faut faire des devis, ou l’on peut mettre un capital décès chez son notaire ».  Après cette enquête, l’UFC-Que Choisir du Puy de Dôme met en demeure 18 sociétés de pompes funèbres enquêtées de se mettre en conformité avec la réglementation actuelle.
 
 

Sur le même sujet

Les + Lus