Quand Jean-Louis Murat tacle Angèle et Jean-Jacques Goldman

Dans une interview accordée à Paris Match du jeudi 16 avril, Jean-Louis Murat, chanteur auvergnat, n’a pas été tendre avec les chanteuses de la nouvelle génération, dont Angèle. Il a également égratigné au passage Jean-Jacques Goldman.
 
Dans une interview accordée à Paris Match du 16 avril, Jean-Louis Murat s'attaque à Angèle et à Jean-Jacques Goldman.
Dans une interview accordée à Paris Match du 16 avril, Jean-Louis Murat s'attaque à Angèle et à Jean-Jacques Goldman. © XAVIER LEOTY / AFP
Ours mal léché, provocateur, on connaissait la réputation de Jean-Louis Murat. Par le passé, il avait atomisé Johnny Hallyday ou encore les rappeurs de PNL. A l’occasion d’une interview parue dans Paris Match du jeudi 16 avril, le chanteur auvergnat a dit tout le mal qu’il pensait de la chanteuse Angèle. Il déclare : « C’est une Chantal Goya 2.0. Ma petite-fille de 8 ans en est dingue. Nous les mecs, elle nous surplombe avec un culot dingue, elle nous dit ‘tu ne regardes pas, tu ne touches pas’ tout en faisant des chorégraphies de peep-show. Mais t’as envie de dire ‘arrête ma fille, arrête’ ».

Angèle elle va prendre des airs de pré-mamie bientôt et ce sera fini

Il poursuit : “J’en ai côtoyé pas mal des chanteuses qui ont la science infuse. Mais Beyoncé ou Rihanna n’ont jamais écrit un titre. Si elles n’avaient pas des mecs derrière, elles n’en seraient pas là. Angèle elle va prendre des airs de pré-mamie bientôt et ce sera fini.” Sur les réseaux sociaux, des internautes soulignent à unanimement le sexisme de Jean-Louis Murat. Comme cette Twittos qui indique : "Dans sa réponse Jean-Louis Murat attaque violemment toutes les femmes en fait". Ou cet internaute qui le traite de "vieux schnock" :  Dans une interview accordée aux Inrocks en 2019, il avait ainsi qualifié la chanteuse belge : « On dirait Lio période Banana Split avec un bac+12 ». Pour le moment, la jeune interprète de Brol n’a pas répondu aux attaques de Jean-Louis Murat. Elle préfère sans doute se concentrer sur sa participation au concert caritatif « One World : Together » du 18 avril organisé par Lady Gaga.

Une mauvaise expérience avec Jean-Jacques Goldman

Dans Paris Match Jean-Louis Murat s’attaque aussi au boss de la chanson française, Jean-Jacques Goldman : « C'est une histoire que m'a rapportée Souchon, explique le chanteur dans le magazine. Il voulait reprendre l'une de mes chansons aux Enfoirés, et Goldman a dit : “Murat, pas question.” Parce qu'il n'aimait pas ma position sur les intermittents, qui consistait à dire que le système actuel allait créer des apparatchiks de la culture. [...] Ce mec m'a jugé violemment, m'a exclu du clan sans jamais m'en parler, et ça m'énerve. » Si Jean-Jacques Goldman n'a pas voulu ses chansons dans les Enfoirés, Murat ne s'est pas gêné en retour pour critiquer la troupe des Restos du cœur. « Je trouve ce système dégoûtant, jugeait-il dans les colonnes du Point en 2011. Les jolis cœurs, les-plus-généreux-que-moi-tu-meurs, je n'y crois pas du tout. Tous ces artistes sont des monstres d'égoïsme. La vraie générosité, elle est silencieuse. Tu fais, mais tu fermes ta gueule. »

A chaque album, je me prends Pearl Harbor

A la fin de l’interview de Paris Match, le chanteur né à Chamalières explique pourquoi il boude les plateaux de télévision : « Dire quelque chose d’intéressant est devenu complexe. Je me suis retrouvé à être la langue de pute de service ». Il conclut : « On dit que je suis amer. Mais ce qui me donne de l’amertume, ce n’est pas le fiasco d’un disque. C’est qu’on ne voit pas que le jeu avec l’esprit, avec les mots, avec les idées, dans ce monde, je le pratique d’une façon bien plus intense qu’on veut bien le reconnaître. Oui j’en bave mais ma détermination reste totale. Même si, à chaque album, je me prends Pearl Harbor ». Pearl Harbor, peut-être, car son dernier album « Baby Love » ne figure pas dans le top 50 des meilleures ventes d’album en France du 20 au 26 mars. Devinez qui est 4e ? Une certaine Angèle.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture polémique société