• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Puy-de-Dôme : 48 migrants accueillis à Pessat-Villeneuve

La plupart des migrants sont des hommes, soudanais ou érythréens
La plupart des migrants sont des hommes, soudanais ou érythréens

Une cinquantaine de migrants sont arrivés à Pessat-Villeneuve mardi soir. Soudanais pour la plupart, ils sont volontairement partis de Calais pour arriver dans le seul centre d’accueil et d’orientation du Puy-de-Dôme. Ils vont y rester un mois, le temps que leur situation soit étudiée.

Par Pauline Sauthier

Ils étaient 48 migrants à arriver par car mardi soir vers 20h30 dans la ville de Pessat-Villeneuve, faisant de cette commune de 530 habitants le seul centre d’accueil de migrants du Puy-de-Dôme.
 
Pour la plupart, ce sont des hommes (il n’y a qu’une femme), des soudanais, qui ont quitté Calais volontairement et espèrent voir leur situation sera étudiée par les services de l’Etat.
48 migrants accueillis à Pessat-Villeneuve
Une cinquantaine de migrants sont arrivés à Pessat-Villeneuve mardi soir. Majoritairement soudanais, ils sont volontairement partis de Calais pour arriver dans le seul centre d’accueil et d’orientation du Puy-de-Dôme. Ils vont y rester un mois en attendant que leur situation soit étudiée.
 
Ils sont hébergés dans les pavillons du château, ancien centre de vacances du comité d’entreprise d’Air France aujourd’hui propriété de la commune. Ils sont trois ou quatre par chambre et semblent visiblement soulagés de quitter la « Jungle » de Calais.
 
Une association lyonnaise, Forum Réfugiés, s’occupe de leur accompagnement. C’est avec les membres de cette association qu’ils vont rencontrer médecins, traducteurs ou officiers d’immigration. Ils sont pris en charge par l’Etat.
 
Le centre d’accueil sera normalement ouvert jusqu’au 31 mars. Pour la commune, tout est allé très vite. Sollicité par la préfecture il y a moins d’une semaine, le maire n’a pas douté très longtemps. Une réunion publique est organisée vendredi soir par la mairie pour informer les habitants sur cette situation. 

Sur le même sujet

Au lendemain de l'explosion

Les + Lus