Les salariés de la Seita en Angleterre pour défendre leur projet de SCOP à Riom

La délégation revenue d'Angleterre a présenté le compte rendu de leur réunion avec la direction d'Imperial Brands aux salariés de la Seita de Riom, mardi 18 juillet / © Valérie Mathieu
La délégation revenue d'Angleterre a présenté le compte rendu de leur réunion avec la direction d'Imperial Brands aux salariés de la Seita de Riom, mardi 18 juillet / © Valérie Mathieu

Lundi 17 juillet une délégation des salariés de la SEITA a fait le déplacement jusqu’en Angleterre pour rencontrer la direction de leur société, Imperial Brands. Leur objectif : trouver un compromis avec les dirigeants, basé sur une reprise de site par les salariés eux-mêmes.

Par Aurélie Albert

Loin d’être en vacances, les salariés de la SEITA ont décidé de faire le déplacement jusqu’à Nottingham, en Angleterre, au siège d’Imperial Brands. Si les dernières réunions entre les deux parties n’ont pas été concluantes, les salariés de la SEITA ont révisé leur projet. Leur proposition reste malgré tout la même : reprendre le site en société coopérative participative (Scop) où les salariés seraient les associés majoritaires, et ainsi sauver les 180 emplois.

Ce mardi 18 juillet, la délégation revenue d’Angleterre donnait un compte rendu aux autres salariés. Mais les premières nouvelles ne sont pas bonnes. « Aujourd’hui l’activité de l’usine de Riom va être délocalisée en Pologne. Ils n’y voient aucun intérêt sauf si on travaillait aux prix polonais, mais il ne faut pas abuser », raconte Stéphane Allègre, porteur du projet SCOP.

Utiliser le tabac pour autre chose que des cigarettes


Mais le numéro 2 du marché du tabac en France ne ferme pas toutes les portes. Il serait prêt à laisser le matériel en location aux salariés pour un euro symbolique. La SCOP pourrait alors travailler le tabac pour autre chose que des cigarettes : textiles, biomatériaux, et autres projets alternatifs. « La cigarette aujourd’hui n’est pas un marché porteur, c’est un marché qui va en déclinant, explique Vincent Ouslati, designer industriel. Ils le reconnaissent eux-mêmes. Donc essayons de faire autre chose avec le tabac. Il y a plein d’autres choses différentes mais il faut du temps pour les développer, pour les mettre en pratique, trouver des investisseurs, des clients. Et c’est par ce biais-là qu’on aura la possibilité de trouver des débouchés intéressants et de faire du business tout simplement ».

Les salariés ont jusqu’au 30 septembre, date effective des licenciements, pour trouver des solutions.

Les salariés de la SEITA de retour d’Angleterre après leur rencontre avec la direction
Lundi 17 juillet une délégation des salariés de la SEITA ont fait le déplacement jusqu’en Angleterre pour rencontrer la direction de leur société, Imperial Brands. Leur objectif : trouver un compromis avec les dirigeants basée sur une reprise de site par les salariés eux-mêmes Intervenants : Stéphane Allègre, Porteur du projet SCOP ; Vincent Ouslati, Designer industriel - reportage : Valérie Mathieu, Eric taxil et Dominique Leyerloup

 

Sur le même sujet

Les + Lus