Municipales 2020 : 3 choses à retenir du débat à Thiers (Puy-de-Dôme)

Mercredi 11 mars, autour de Marin Morin (au centre), 4 candidats en lice à Thiers aux municipales ont débattu sur le plateau de France 3. / © Catherine Lopes / FTV
Mercredi 11 mars, autour de Marin Morin (au centre), 4 candidats en lice à Thiers aux municipales ont débattu sur le plateau de France 3. / © Catherine Lopes / FTV

Replay : retour sur le débat des élections municipales à Thiers, dans le Puy-de-Dôme. Sur le plateau de France 3 Auvergne, quatre candidats ont débattu mercredi 11 mars.
 

Par Catherine Lopes

Mercredi 11 mars, sur le plateau de France 3 Auvergne a eu lieu un débat dans le cadre des élections municipales à Thiers dans le Puy-de-Dôme. Quatre candidats ont débattu autour de Marie Morin :
  • Abdelhraman Meftah PS PCF avec sa liste « Ensemble pour Thiers 2020 »
  • Stéphane Rodier, sans étiquette, avec sa liste « Génération Thiers »
  • Eric Boucourt, DVD, avec sa liste « Mieux vivre à Thiers »
  • Tahar Bouanane, EELV, avec sa liste « Osons Thiers ! »
Julien Romero, avec sa liste « Réunir pour agir » convoite également le fauteuil de maire.

Le thème du vivre ensemble et de l’insécurité

Les 4 candidats présents sur le plateau ont notamment abordé le thème du vivre ensemble et de l’insécurité. Tahar Bouanane déclare : « Effectivement il y a un sentiment d’insécurité. Je crois qu’il faut aussi rappeler, et le cadre de cette élection municipale le permet, que la sécurité est une prérogative de l’Etat. L’Etat n’a pas joué son rôle en centre-ville, notamment avec des effectifs qui sont en baisse chronique depuis un certain nombre d’années. Ce n’est pas à une collectivité, à une mairie de pourvoir à la sécurité des citoyens. Alors, on a une police municipale, il ne s’agit pas demain, comme j’ai pu voir sur les documents de campagne, d’augmenter les effectifs, d’assumer une mission qui doit être assumée par l’Etat ».

Eric Boucourt lui répond : « Cher Tahar, bien que bien plus jeune que moi, je trouve que vos arguments datent un peu. L’Etat s’occupe de la sécurité, et le maire de l’animation, ça date un peu. Dans la plupart des villes de gauche que je connais, on a beaucoup évolué. (…) Concrètement je relance le conseil local de prévention de la délinquance qui est fait pour ça. Il ne doit pas se réunir uniquement dans le cadre d’une grande messe. J’y mets en place deux groupes de travail : un chargé de ce qui se passe sur la voie publique, parce que les problèmes d’incivilités sont quotidiens, c’est pas deux fois par an, et également un autre en direction de la prévention envers les jeunes, en mettant des moyens supplémentaires de lutte contre le décrochage scolaire, le dispositif de réussite éducative ».
Extrait 1. Débat de Thiers
Le thème de l'insécurité a été abordé. - France 3 Auvergne


La question des commerces et de l’attractivité

Autre temps fort du débat, la question des commerces et de l’attractivité de la ville. Abdelhraman Meftah répond à Marie Morin qui lui dit « A écouter vos concurrents, on a l’impression que rien n’a été fait ces 6 dernières années ». Il indique : « C’est totalement faux. Juste quelques chiffres, il y a à peu près 140 commerces en centre ancien, gare comprise. Pour une ville moyenne comme Thiers, (…) vous allez me dire qu’il y a beaucoup de coutelleries effectivement, mais ça reste des commerces, donc s’il y a des coutelleries, c’est qu’il y a du flux ».

Eric Boucourt lui rétorque : « Vous avez raison, mais il y a quand même moins de coutelleries. Même ce qui est emblématique n’est plus là. Je voudrais simplement réagir sur deux choses entendues. D’abord, aérer c’est bien gentil, on a un périmètre sauvegardé, c’est fait pour conserver. (…) Quand j’entends dire qu’on peut exonérer de taxe foncière quand on veut, voir renégocier les bases, c’est beaucoup plus compliqué que ça. Il y a certes une commission communale des impôts directs, qui a plutôt tendance à augmenter les bases qu’à les descendre, et même si on pouvait le faire, c’est la dernière recette sur laquelle un maire a la main. Je trouve qu’il ne faut pas dire n’importe quoi, les moyens sont limités (…)

Visé, Tahar Bouanane affirme : « Vous imaginez bien monsieur Boucourt que j’ai vérifié un certain nombre d’éléments avant de les mettre en avant. L’exonération de taxe foncière est tout à fait possible, au même titre que la zone franche en matière d’économie. (…) C’est possible, il faut que la collectivité puisse délibérer ».

Stéphane Rodier indique : « Il faut peut-être revenir sur ce qui a été dit sur le commerce. Il y a eu un discours un peu pessimiste de mon point de vue. On ne peut pas entraîner le commerce sur une ville en disant que les commerces sont condamnés à fermer les uns après les autres. Je ne le crois absolument pas. On est allé voir des expérimentations qui se faisaient sur d’autres villes et on se rend compte que des villes ont inversé des tendances de fond. Nous pensons, le groupe « Génération Thiers », que nous pouvons faire la même chose. Avec cet office municipal du commerce, de l’artisanat et de toute l’animation, nous pensons avoir un navire amiral qui permettra de coordonner l’ensemble des politiques publiques en vue de redonner confiance aux commerçants et aux artisans ».
Extrait 2. Débat à Thiers
Le thème du commerce a été abordé. - France 3 Auvergne

Le thème de l'emploi

Enfin, les 4 candidats présents sur le plateau ont abordé le thème de l’emploi. Marie Morin commence : « Tahar Bouanane, vous voulez créer une agence de développement économique ? ». Ce dernier répond : « Tout à fait. Pourquoi ? Parce qu’il faut rappeler un certain nombre de vérités. La commune n’a pas la compétence en matière de développement économique. Elle peut favoriser l’installation d’entreprises, en développant des zones d’activité. Ces zones d’urbanisation sont de plus en plus restreintes. Il faut les restreindre sur un plan écologique. L’artificialisation des sols ne va plus être possible partout et on a aussi vocation à travailler sur un bassin très large, entre Noirétable et Lezoux, pour créer une agence de développement économique. (…) ».

Stéphane Rodier explique : « Je vais déjà revenir sur Territoire zéro chômage de longue durée puisque j’ai été l’adjoint en charge de porter ce dossier. Il n’y a pas 9 territoires en France mais 10. Il faut aussi que la municipalité ait une vision pour ce projet. (…) Nous sommes une capitale coutelière, nous voulons faire en sorte de renforcer la coutellerie en créant une école internationale de la coutellerie et de la forge. Ce serait une école chapeau. (…). Il faut faire en sorte d’avoir une offre de formation en centre-ville. L’idée est d’avoir le plus de jeunesse possible, car elle participe à la vie d’une commune ».

Abdelhraman Meftah lui répond : « Je me félicite que monsieur Rodier, qui disait, il n’y a pas si longtemps, qu’il n’avait pas les moyens de travailler, reconnaisse que c’est un travail collectif, une équipe, une majorité. Je tiens à remercier pour le Territoire zéro chômage. Il ne faut pas oublier que le Département était avec nous. (…) C’est un dossier qui a été porté par la municipalité  ».

Stéphane Rodier l’interrompt : « Par qui monsieur Meftah ? Reconnaissez, qui a fait le travail, dans l’équipe municipale ».

Abdelhraman Meftah enchaîne : « C’est l’équipe municipale, monsieur Rodier ».

Stéphane Rodier conclut : « C’est un peu ce que disais Joffre : quand il y a une victoire, elle est collective. Mais quand il y a une défaite, tout le monde sait qu'elle est personnelle ».
Extrait 3. Débat à Thiers.
Le thème de l'emploi a été évoqué. - France 3 Auvergne

Vous pourrez  visionner l'intégralité du débat ci-dessous.


Vous pouvez visualiser la liste de débats de France 3 grâce à cette carte.


 

Sur le même sujet

Les + Lus