Déconfinement : le maire de Meyzieu (Rhône) réagit aux annonces d'Edouard Philippe, "On continue dans l'incertitude"

"On continue dans l'incertitude !"  Le maire (LR) de Meyzieu attendait beaucoup du discours du Premier ministre, Edouard Philippe, ce mardi 28 avril, mais force est de constater, à ses yeux, que "l'on a eu beaucoup de précisions mais que l'on a toujours autant de questions."

Avec les principes de déconfinement, on comprend que tout le monde pourrait reprendre en même temps. Ça change beaucoup de choses - Christophe Quiniou, maire de Meyzieu.
Avec les principes de déconfinement, on comprend que tout le monde pourrait reprendre en même temps. Ça change beaucoup de choses - Christophe Quiniou, maire de Meyzieu. © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP
"On continue dans l'incertitude !" Le maire (LR) de Meyzieu (Rhône), Christophe Quiniou, attendait beaucoup du discours du Premier ministre ce mardi 28 avril, mais force est de constater, à ses yeux, que "l'on a eu beaucoup de précisions mais que l'on a autant de questions."

Sur la question de l'école. Jusqu'à présent, on pensait que seules les grandes sections et les CM2 reprenaient.
 

Avec les principes de déconfinement, on comprend que tout le monde pourrait reprendre en même temps. Ca change beaucoup de choses - Christophe Quiniou, maire de Meyzieu.


Les différences de couleur selon les départements seront connues le jeudi 7 mai pour une réouverture des classes le 11 mai. "Ca fait court. On va devoir faire des propositions. S'il faut prendre toutes les niveaux de classe en même temps, même avec des classes de 15 élèves, on risque de ne pas y arriver. Un couloir dans une école, c'est pas plus large qu'une rame de tramway. Et il faudrait faire passer les enfants un par un. C'est comme si on demandait qu'il n'y ait que trois ou quatre passagers dans une voiture de métro".

Et ça va être identique pour les structures de garde de la petite enfance, parce que 10 places maximum, "ça va forcément nous obliger à définir des critères qui nous contraignent à faire des choix dans des délais courts. Pas le temps de faire des listes d'attente, il va falloir aller vite", déplore le maire de Meyzieu.

En fait, pour Christophe Quiniou, les annonces font reposer bon nombre de décisions sur les collectivités territoriales. Pour lui "on fera ce qu'on peut en respectant les grandes orientations."
 

Quid des parcs et jardins


La commune de Meyzieu compte une part de sa superficie sur le parc de Miribel Jonage et son lac. Mais les plages resteront fermées.
 

Nous avons la chance d'avoir le lac de Miribel Jonage et les plages seront inaccessibles, alors que les lieux de culte vont rouvrir - Christophe Quiniou, maire de Meyzieu.


Le parc de Miribel Jonage, c'est l'espace public de Meyzieu par excellence, où pourraient être proposés, par exemple, des formes de classe verte pour les scolaires. Sites en plein air, températures modérées, faune et flore, tout ou presque y concourt.

Dès ce mardi 28 avril au soir, Christophe Quiniou compte réunir une cellule de crise pour voir comment s'organiser. La mairie dispose de quelques milliers de masques chirurgicaux qui serviront en priorité pour les personnels municipaux en contact avec du public.
Dans les écoles, la cuisine centrale, les bibliothèques, etc...il reste à établir de nouveaux modes de fonctionnement. "Peut-être des équipes mieux réparties sur la journée, qui commenceront plus tôt et finiront plus tard, avec un tour de rôle de personnels, une partie dans la matinée et l'autre dans l'après-midi jusqu'en soirée " s'interroge le maire de Meyzieu.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société politique polémique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter