Législatives 2022 : La communiste Michèle Picard retire sa candidature à Vénissieux

Publié le

C'est un nouveau rebondissement dans la 14e circonscription du Rhône : Michèle Picard maire de Vénissieux annonce le retrait de sa candidature en faveur du candidat NUPES Idir Boumertit.

La maire PCF de Vénissieux, Michèle Picard a décidé de retirer sa candidature aux élections législatives de juin 2022. 

Annoncé dans un communiqué ce retrait intervient après de nombreux rebondissements. 

Michèle Picard avait en effet décidé de se maintenir malgré les accords nationaux entre le PCF et la France Insoumise principalement en raison du choix Taha Bouhafs comme candidat. 

"A l’annonce d’un parachutage médiatisé et clivant, ne pouvant que diviser, nous avions décidé de maintenir notre candidature, la plus efficace pour battre la droite et l’extrême-droite" justifie-t-elle dans un communiqué. 

"Je suis dans le camp de la gauche pour battre la droite et l’extrême droite"

Depuis, Taha Bouhafs a retiré sa candidature et fait l'objet d'une enquête interne pour agression sexuelle. Idir Boumertit, jusqu'à présent directeur de campagne de Taha Bouhafs et quatrième adjoint de Michèle Picard a pris le relai et a été investit par la NUPES. Une décision que Michèle Picard affirme avoir accepté : 

"Je suis dans le camp de la gauche pour battre la droite et l’extrême droite. C’est pourquoi, avec Guillaume Dumoulin, nous retirons notre candidature à l’élection législative dans la 14ème circonscription du Rhône. Idir Boumertit sera donc le candidat de la NUPES"

Le parti communiste de Vénissieux assume le choix de Michèle Picard, mais avec une certaine amertume, exprimée elle aussi par voie de communiqué : "La reconnaissance par la Nupes de la candidature de Michèle Picard aurait permis une sortie par le haut de ce mauvais feuilleton dont nous nous serions bien passés. Mais Jean-Luc Mélenchon ne veut pas laisser cette circonscription aux communistes qui y ont pourtant un ancrage historique." 

SI la bataille des gauches n'aura finalement pas lieu à Vénissieux sur le terrain des législatives, les conflits persistent pour le leadership d'une des communes qui a le moins voté en France à l'élection présidentielle avec 41,78% d'abstention.