600 Algériens défilent dans Lyon pour demander un changement des institutions

Près de 600 personnes se sont rassemblées ce dimanche après midi place Bellecour à Lyon avant une manifestation en presqu'ïle. Ils appellent au changement des institutions actuellement en place à Alger.

© France 3 Rhône-Alpes
En soutien aux manifestations qui se déroulent en Algérie depuis près d'un mois contre renouvelement de la candidature du président Bouteflika. Près de 600 personnes se sont rassemblées ce dimanche après midi place Bellecour à Lyon avant une manifestation en presqu'ïle. Ils appellent au changement des institutions actuellement en place à Alger. 
Dans une interview donnée à notre confrère 20 Minutes, le chercheur franco-algérien Brahim Oumansour, estime que la procédure prévue par l’articule 102 de la Constitution permet de déclarer le chef de l’Etat inapte à exercer ses fonctions, notamment pour cause de maladie grave et durable. Le géopolitilogue souligne qu'il reviendra au président du conseil constitutionnel de lancer la procédure, puis aux deux chambres du Parlement de voter.

"Une démission du président Bouteflika serait la sortie de crise la plus honnorable"

" Il faudra un vote à la majorité des deux tiers pour décréter « l’état d’empêchement ». Et si cet « état d’empêchement » perdure au-delà des 45 jours, alors le pouvoir sera déclaré vacant. Autrement dit, passer par l’article 102 de la constitution est une procédure longue."
Pour le chercheur, une démission d’Abelaziz Bouteflika serait beaucoup plus rapide. Il est fort possible que le président algérien s’y résolve. Ce serait en tout cas la sortie la plus honorable possible. 

Les réactions ce dimanche après-midi place Bellecour :
 
Les Algériens de Lyon demandent de nouvelles institutions
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections politique