A Lyon, le thérapeute jugé pour viol a été condamné à 8 ans de prison

Publié le
Écrit par D.Mazzola (avec AFP)

Il avait déjà été reconnu coupable de plusieurs viols et agressions sexuelles. Jorge A. 51 ans qui se présentait comme un ostéopathe, a été condamné ce mardi 15 mars 2022, à une peine de huit ans de prison par la cour d'assises du Rhône pour le viol d'une autre victime.

Le verdict a été rendu mardi soir. C'est une audience qui s'est ouverte la veille, à huis clos, devant les assises du Rhône, à Lyon. Un quinquagénaire, ancien thérapeute exerçant dans le 9e arrondissement, était accusé de viol par une femme de 27 ans. 

Le quinquagénaire, incarcéré depuis 2015, a été reconnu coupable et condamné à une peine de 8 années de prison. Cette peine est assortie d'une "confusion partielle" de 6 ans avec la précédente peine de 12 ans d'emprisonnement prononcée pour les autres viols.

La cour a par ailleurs ordonné un suivi socio-judiciaire de cinq ans et demandé une expertise médico-judiciaire afin d'évaluer le préjudice de la victime. L'audience à huis clos a été demandée par la victime. 

Des faits qui remontent à l'été 2014

La victime avait porté plainte quatre ans les faits, en mai 2018. Le déclic : la jeune femme avait découvert dans la presse locale des comptes-rendus du premier procès de Jorge A. pour des faits similaires, dénoncés par six de ses patientesIl venait alors d’être condamné à 12 ans de prison pour viols et agressions sexuelles.


La plaignante avait expliqué aux enquêteurs que le praticien, qu'elle consultait en tant qu'ostéopathe dans son cabinet du 9e arrondissement de Lyon, l'avait incitée à suivre "une méthode nouvelle" qui s'est dans les faits traduite par des actes sexuels. La jeune femme a fait état d'une emprise psychologique exercée dans un contexte
médical alors qu'elle éprouvait des difficultés personnelles.

Viols et agressions sexuelles : une première condamnation en 2018

Natif de Colombie, Jorge A. est venu en France en tant que danseur, avant d'enseigner cette discipline. A l'âge de 30 ans, il s'est reconverti comme naturopathe en prétendant avoir suivi une formation en Colombie.

Le 27 avril 2018, la cour d'assises du Rhône l'avait déjà condamné à douze ans de réclusion criminelle pour des viols et agressions sexuelles sur six femmes, également durant des séances de thérapie. Ces dernières avaient été victimes de ses actes entre 2013 et 2015.

Une expertise psychiatrique évoque le "fonctionnement psychique de nature perverse où sa position d'autorité professionnelle sert son emprise sur la victime observée comme vulnérable". L'accusé est convenu avoir "exercé sans aucun cadre déontologique en se saisissant de la vulnérabilité de sa clientèle pour assouvir ses pulsions sexuelles personnelles", selon cette experte.