• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Canicule : record de chaleur nocturne à Lyon

La nuit de mardi 23 à mercredi 24 juillet a été la 6è nuit la plus chaude enregistrée à Lyon depuis 1922, date du début des mesures par météo France.
Il a fait 24,7°C. / © MAXPPP
La nuit de mardi 23 à mercredi 24 juillet a été la 6è nuit la plus chaude enregistrée à Lyon depuis 1922, date du début des mesures par météo France. Il a fait 24,7°C. / © MAXPPP

La nuit de mardi 23 à mercredi 24 juillet a été la plus chaude depuis l'épisode caniculaire de cette année, avec 24,7°C. C'est la 6è nuit la plus chaude enregistrée à Lyon depuis 1922.

Par N.MB


La nuit de mardi 23 à mercredi 24 juillet a été la 6è nuit la plus chaude enregistrée à Lyon depuis 1922, date du début des mesures par météo France.
Il a fait 24,7°C. 

"Depuis 1922, nous avons enregistré environ une 10aine de nuits à plus de 24°C" explique Christian David, prévisionniste à météo France à Lyon-Bron, dans le Rhône. "La plus élevée jusqu'à présent date du 5 août 2018 avec 25,7°C, c'est à ce jour le record absolu." Et depuis, il y a eu d'autres nuits où la température nocturne était au-dessus de 24°C :
24,9°C le 26 juillet 1983 et le 7 août 2018
24,7°C le 28 juin 2019 , le 30 juin de la même année et 24,7°C donc cette nuit du 24 juillet 2019.
"Des nuits à plus de 24°, nous les avons surtout enregistrées après le 26 juillet 1983 jusqu'en 2015. Et c'est entre 2015 à 2019 que nous enregistrons les plus fortes chaleurs nocturnes."

Un lien avec le changement climatique

"Si nous devons nous baser sur des températures supérieures à 24° pour considérer des températures anormalement hautes, alors il est difficile de faire le lien avec le changement climatique" explique Christian David. "En revanche si nous parlons de nuit à plus de 20°C, depuis 1922 nous en enregistrons des centaines." Pour info, entre 1922 et 1951 météo France a enregistré environ une soixantaine nuit à plus de 20°C. "Ce qui est significatif surtout c'est sur les 30 dernières années nous avons enregistré 300 nuits à 20°C et plus.Cc'est à dire 5 fois plus. Et là pour le coup c'est un signe du changement climatique."

Effet îlot de chaleur urbain

La température en ville est en effet souvent plus élevée que dans les zones rurales alentour, en particulier la nuit. Ainsi on relève des différences nocturnes, de l'ordre de 2 à 3 °C en moyenne annuelle.

Les agglomérations sont particulièrement vulnérables lors des épisodes de fortes chaleurs : la température y est en effet plus élevée qu'aux alentours. Ce phénomène appelé îlot de chaleur urbain est particulièrement marqué en période de fortes chaleurs. 

Ce qui nous attend ce week-end

Ce vendredi 26 juillet, il fera presque aussi chaud que ce jeudi, on perdra modestement 2 petits degrés et les orages pointeront le bout de leur nez.
Enfin à partir de ce samedi 27 juillet, nous retrouverons des températures de saison avec des maximales de 27°C.
 

Sur le même sujet

Interview Kevin Wilson sauveur jeune-fille Valence

Les + Lus