• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Colis piégé à Lyon : le père et la mère du suspect placés en garde à vue, sa sœur interrogée

Une perquisition est en cours à Oullins après interpellation des membres d'une même famille. / © Renaud Gardette. F3
Une perquisition est en cours à Oullins après interpellation des membres d'une même famille. / © Renaud Gardette. F3

Un homme suspecté d'être l'auteur de l'attaque a été interpellé ce lundi 27 mai à Lyon. La mère du suspect a été placée en garde à vue. Sa soeur est également interrogée par la police. Le jeune mineur serait mis hors de cause. Une perquisition est en cours à Oullins.

Par Emilie Henny, Bérengère Bourgeot, Nadjette Maouche-Baillard, avec AFP


Le Ministre de l'Intérieur est attendu à Lyon ce lundi en fin d'après-midi. Christophe Castaner, accompagné de Laurent Munez, secrétaire d'Etat, doivent arriver vers 17h à l'Hôtel de Police de Lyon, dans le 8e arrondissement pour faire un point dans le cadre de l'enquête sur le colis piégé de la rue Victor Hugo. Un point presse est prévu.
 

Le suspect ne serait pas un étudiant d'Epitech


Du côté d'Epitech, la direction de l'école informatique démend compter parmi ses rangs le principal suspect impliqué dans l'explosion de la rue Victor Hugo. "Nous ne sommes pas certains que le nom avancé corresponde à celui du profil interpellé". Le directeur général de l'école poursuit :" si tel était le cas, sachez qu'il ne sagit pas d'un étudiant d'Epitech, mais d'un jeune qui après avoir candidaté, il y a 2 ans, s'est désinscrit avant la rentrée 2017."

Par ailleurs, d'après l'Express, c'est l'analyse des images de vidéosurveillance mais aussi l'analyse des activités en ligne du suspect qui ont permis son interpellation trois jours après les faits. Depuis mars 2019, il aurait commander via internet par le biais de sa messagerie personnelle des éléments (piles, litres d'eau oxygénée et acétone, circuit imprimé.) "qui auraient pu servir selon les premiers éléments de l'enquête à confectionner l'engin explosif" et se serait fait livrer directement à son domicile. 
 

A Oullins, les voisins sous le choc


A Oullins, dans la résidence des Ifs, la perquisition au domicile de la famille du jeune homme interpellé dans le 7e arrondissement ce vendredi matin, est en cours.

Dans le quartier, les voisins, les riverains sous le choc, ne cachaient pas leur stupéfaction. "C'est très choquant, on a grandi ici. C'est une résidence très calme," confiait une voisine, "pour ma part, de voir le RAID, la police scientifique, on ne s'en remet pas... ça fait très peur." "On pensait être en sécurité, en fait on n'est à l'abri de rien," a déploré la jeune femme qui connaît ce quartier depuis toujours. "On se connait tous, on a grandi ensemble". 
A Oullins, les voisins sous le choc
propos recueillis par R.Gardette - France 3 RA
Pour les voisins interrogés, la famille du suspect serait nouvelle dans ce quartier.
Oullins : le voisinage sous le choc

La résidence où a lieu la perquisition est inaccessible: impossible pour les habitants de rentrer chez eux ou de sortir de leur appartement. "C'était compliqué pour avoir des nouvelles de nos familles qui sont à l'intérieur, le réseau a été coupé pendant un temps" indiquait une autre jeune résidente. "Je suis venue car j'étais inquiète pour ma grand-mère, j'ai essayé plusieurs entrées mais on ne nous laisse pas passer".
 

Une perquisition à la résidence des Ifs, à Oullins


Plus d'une dizaine de véhicules de police, dont un fourgon de la police technique et scientifique, bloquaient l'accès à la résidence Les Ifs, située dans un quartier populaire de cette commune. Des démineurs y sont brièvement intervenus, alors qu'un drone survolait les lieux.

Lundi après-midi, une perquisition a été organisée à la résidence des Ifs à Oullins (Rhône) alors qu'un suspect avait été interpellé ce vendredi matin dans le cadre de l'enquête sur l'explosion du colis piégé qui a eu lieu à Lyon vendredi 24 mai.

L'individu a été interpellé par la police judiciaire après filature, à la descente d'un bus. Le parquet indique que l'homme, étudiant en informatique à Epitech (Lyon) âgé de 24 ans, est soupçonné d'être l'auteur de l'attaque. Ses motivations ne sont pas encore connues à ce stade. 


D'autres individus interpellés

Le maire de Lyon a ensuite annoncé une deuxième interpellation. L'homme a été placé en garde à vue. Selon nos informations, c'est un mineur de 17 ans scolarisé au lycée Ampère Saxe. L'adjoint à la sécurité de la mairie de Lyon Jean-Yves Sècheresse a annoncé que le second individu était hors de cause. 

Originaire des Ifs, à Oullins, le père et la mère du principal suspect ont été interpellés et placés en garde à vue (parquet de Paris). La perquisition est en cours à leur domicile rue Francisque Jomard à Oullins. Elle est menée par le raid avec d'importants moyens : beaucoup de véhicules et de nombreux hommes armés. Des chiens renifleurs d'explosifs sont sur place.

La soeur du principal suspect est également interrogée par la police mais dans le cadre d'une audition libre, selon le parquet.
 


Arrêtés dans le 7ème arrondissement de Lyon

Les deux individus ont été arrêtés dans le 7ème arrondissement de Lyon. Sur place, rue Yves Farge, des témoins auraient entendu "des cris" puis aperçu des hommes "cagoulés" au moment de l'interpellation. 
Interrogé sur notre antenne dans le 12/13 Rhône-Alpes, Gérard Collomb a affirmé que c'est le système de vidéosurveillance de la ville de Lyon "très performant" qui "a permis de le voir [le suspect] se diriger vers la Mulatière et de remonter jusqu'à lui".

Le maire de Lyon a précisé que les deux suspects allaient probablement être interrogés par le procureur du parquet antiterroriste.

Dans un tweet, Christophe Castaner "salue la mobilisation de la SDAT, de la police judiciaire de Lyon et de la DGSI, co-saisies par la section antiterroriste du parquet de Paris" suite à l'interpellation.

Vendredi 24 mai, l'explosion de ce colis piégé devant une boulangerie d'une artère piétonne et commerçante au coeur de Lyon a fait 13 blessés légers, neuf femmes dont une enfant de 10 ans et quatre hommes. Les images d'un suspect circulant à vélo, le visage masqué avaient été rapidement diffusées par les autorités, et un ADN, non identifié, avait également été retrouvé.
 

Sur le même sujet

 Le 12/13 Rhône-Alpes recevait ce mercredi midi Gaëtan Muller. 

Les + Lus