Coronavirus. Quatre morts liés à sa campagne pour les Municipales, une élue de la banlieue de Lyon va porter plainte

La candidate de Saint-Fons en mouvement, Chafia Zehmoul, va porter plainte contre le gouvernement devant la Cour de justice de la République. Son équipe de campagne a été durement touchée par l'épidémie du coronavirus Covid-19 lors de l'organisation des élections municipales de mars 2020.

Chafia Zehmoul, tête de liste de Saint-Fons en mouvement - Société civile, a recueilli 10.74% des voix lors du 1er tour des élections municipales du 15 mars 2020.
Chafia Zehmoul, tête de liste de Saint-Fons en mouvement - Société civile, a recueilli 10.74% des voix lors du 1er tour des élections municipales du 15 mars 2020. © C. Zehmoul
Conseillère d'opposition à Saint-Fons, dans la banlieue de Lyon depuis 2014, Chafia Zehmoul va porter plainte contre le gouvernement devant la Cour de justice de la République. Candidate à l'élection municipale 2020, la tête de liste de Saint-Fons en mouvement est en train de constituer son dossier avec Me Hervé Banbanaste. Le motif de la plainte est en cours de qualification, mais il s'assimile à une mise en danger de la vie d'autrui. Selon Chafia Zehmoul, une vingtaine de personnes ont été touchées par le coronavirus, et quatre sont décédées, au sein de son équipe de campagne et son entourage.
 

Une action groupée d'une vingtaine de personnes

Le directeur de campagne, la trésorière, des militants de Saint-Fons en mouvement, des membres de leur entourage, et Chafia Zehmoul elle-même pensent avoir contracté le Covid-19 lors de la campagne pour les élections municipales. La tête de liste du mouvement issu de la société civile est restée alitée pendant trois semaines dans la foulée du 1er tour du 15 mars 2020.

"Une plainte doit être déposée à titre individuel devant la Cour de justice de la République, mais c'est aussi une action groupée" précise Me Hervé Banbanaste. L'avocat de Chefia Zehmoul confirme avoir entre les mains, une vingtaine de dossiers liés à celui sa cliente. Des dossiers qu'il faut étayer, détailler le plus possible avec les certificats médicaux, les résultats des tests quand il y en a eu.

Son test nasal s'est avéré "indétectable", mais Chafia Zehmoul doute de sa fiabilité. En revanche, dit-elle, une quinzaine de proches de son mouvement ont été testés positifs Covid-19. Et surtout, "quatre personnes liées à la campagne sont décédées. C'est terrible. C'est un traumatisme". 
 

Contaminations avant même le 1er tour des élections ?

Aujourd'hui, je réalise à quel point on était inconscient. On ne savait rien de la menace sanitaire. J'étais investie à 1000% dans la campagne.


Chafia Zehmoul confie avoir eu la tête dans le guidon pour mener sa campagne électorale en vue des élections municipales. "On a fait du porte-à-porte dans tout Saint-Fons. Nous sommes allés sur tous les marchés." Le soir, la candidate rentre se reposer, n'a pas le temps de regarder les infos, n'entend que vaguement parler du coronavirus.

Le 15 mars, jour du 1er tour, Chafia Zehmoul fait le tour des 13 bureaux de vote de la commune. Puis voit en début d'après-midi son directeur de campagne "devenir tout rouge". La journée se poursuit jusqu'au dépouillement "souvent effectué sans gant", puis l'attente des résultats avec toute l'équipe au local de campagne. La liste de Chefia Zehmoul obtient 10.74% des voix et est qualifiée pour le second tour.

Depuis le 16 mars, je ne pense plus politique.


 Au lendemain du premier tour de scrutin, le président Emmanuel Macron annonce le confinement pour lutter contre l'épidémie du coronavirus Covid-19. Chafia Zehmoul s'étonne du "silence radio" au sein de son équipe. Puis, elle apprend l'hospitalisation de son directeur de campagne. D'autres malades se déclarent les uns après les autres.
 

"Le 1er tour aurait dû être annulé. Le 2nd en juin, je ne vois pas comment"

Chafia Zehmoul se dit aujourd'hui "mitigée" sur l'organisation du second tour des élections municipales au mois de juin. "Les gestes barrières, les distances de sécurité. Je vois peu de gens les respecter dehors. Ils ne sont pas conscients des risques" affirme la conseillère municipale. ​​​​​​

Plongée à temps plein dans son travail associatif, Chafia Zehmoul a bien du mal à envisager son maintien ou non au second tour s'il y a. "Le 15 mars, il y a eu plus de 70% d'abstention à Saint-Fons. Les gens ont eu trop peur. Ils ont eu raison". 

La tête de liste de Saint-Fons en mouvement a également transmis son dossier à Me Nabil Boudi, en charge de plaintes d'autres élus de France souhaitant le report du second tour de ces élections municipales.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société politique élections municipales 2020 élections