Ecole de la deuxième chance à Lyon : apprendre à ne pas baisser les bras pendant le confinement

© Google street view
© Google street view

Comment poursuivre la remise en selle des jeunes en échec scolaire pendant le confinement ? Ce travail d'insertion, réalisé par le réseau Ecole de la deuxième chance, se poursuit dans deux centres de formation de la Métropole de Lyon. Un défi relevé par plus d'une soixantaine de stagiaires.

Par Aude Henry

Titulaire du Bac, Kévin a intégré l'Ecole de la deuxième chance de Lyon Rhône en novembre 2019. Agé de 21 ans, le jeune homme est à la recherche d'une nouvelle formation, veut trouver sa voie. Après plusieurs périodes de stage, Kevin a choisi de se tourner vers le secteur de la logistique. Sauf que le confinement a quelque peu perturbé ses plans.
 

Je n'ai pas envie de perdre un an


Repasser son bac en candidat libre, puis intégrer un BTS, tel est le plan de Kevin. Sauf qu'avec le confinement, et la crise sanitaire du coronavirus, le calendrier a été repoussé, les dates d'examen et de rentrée se chevauchent désormais.
"J'ai eu un petit coup de mou en apprenant que je ne pourrai peut-être pas repasser mon bac", confie-t-il. "Mais avec les responsables de l'école de la deuxième chance, on a beaucoup discuté. Ils m'ont redonné confiance. Il ne faut pas que je baisse les bras. Même si je ne peux pas aller en BTS, j'aimerai faire un BAC Pro en alternance. Là, je dois renvoyer un dossier de candidature pour une école à Mions".

Même s'il avoue avoir mal vécu le début du confinement parce qu'il aime beaucoup "sortir et faire du sport", Kevin trouve aujourd'hui cette période bénéfique. "Avant je restais souvent sur ma Playstation, maintenant je passe du temps avec ma mère, mes frères et soeurs". Le jeune homme a appris à se recentrer sur des choses essentielles, à réfléchir sur ses priorités : "trouver ma formation et savoir où j'irai l'année prochaine".
 

Les parcours individuels de formation maintenus, à distance

Avec le confinement, tous les stages en entreprise ont été suspendus. Mais la formation dispensée par l'Ecole de la deuxième chance, elle, se poursuit. "Dès la fin de la première semaine, tout était en place" raconte Sébastien Javon. Le directeur adjoint d'E2C Lyon Rhône détaille les supports pédagogiques désormais accessibles en ligne pour plus d'une soixantaine de stagiaires.

Des groupes Skype pour continuer les entretiens, des vidéos découverte de métier, des supports pour travailler sa culture générale ou l'informatique par exemple... Tout l'équipe de formation et de conseillers d'insertion est toujours en lien avec les stagiaires. "Et cela fonctionne. Le début du confinement a pu être un peu rude pour certains jeunes, mais j'ai été agréablement surpris"  confie Sébastien Javon.

La plus grosse difficulté a été de tous les équiper. Car certains des stagiaires n'avaient ni ordinateur, ni téléphone portable avec accès à internet. Grâce à un don d'une entreprise partenaire de l'école, "nous avons pu récupérer 35 téléphones, et nous sommes allés les livrer à chaque stagiaire".
 

Des entreprises, toujours engagées pour l'insertion

La motivation des stagiaires reste entière. Et le travail de recherche d'entreprises pour les périodes de stage se poursuit. A l'école de la deuxième chance, le principe c'est de suivre 15 jours de"cours", puis de passer les deux semaines suivantes dans une entreprise.
Certes, depuis le confinement, cet aspect professionnel est en suspend. Mais les stagiaires peaufinent leurs demandes : créent des séquences vidéo pour présenter leur projet et démarcher les entreprises. 

Le responsable des parcours et partenariats du centre de formation pour adultes se montre tout à fait confiant pour la reprise, quand l'heure du déconfinement sera venue. "Nous sommes toujours en lien avec les institutions publiques comme Pôle Emploi, la Préfecture, les missions locales. Et avec notre vivier de 2000 entreprises partenaires". 
Sébastien Javon se félicite du lien préservé avec ces entreprises partenaires : "beaucoup nous appellent, certaines proposent même, bénévolement, des simulations d'entretien en ligne".

En ce qui concerne le retour sur les deux sites du centre de formation, à Vaise et à Vaulx-en-Velin, aucune date précise n'est fixée pour le moment. "Cela va se faire de manière très douce, et dans le respect des règles sanitaires".
L'école de la deuxième chance de Lyon Rhône a ainsi déjà passé commande de plaques de plexi pour faire barrière, de masques et de distributeurs de gel hydro-alcoolique.

 

Sur le même sujet

Les + Lus