Cet article date de plus de 6 ans

La fusion Auvergne / Rhône-Alpes serait un "plan social" déguisé selon des syndicats

Plusieurs syndicats de la fonction publique (CGT-Solidaires-FSU et FO) ont dénoncé lundi un "plan social" déguisé de l'Etat à travers la fusion Auvergne/Rhône-Alpes, avec 1100 suppressions d'emplois. Leurs représentants ont claqué la porte d'une réunion organisée en préfecture de Lyon.
"Nous avons lu ce matin une déclaration conjointe CGT, Solidaires, et FSU, et une autre de FO pour s'opposer au processus de régionalisation qui se traduit, rien que pour Rhône-Alpes/Auvergne, par la suppression de 1.100 emplois, et 10.700 emplois pour les 7 méga-régions qui fusionnent", a déclaré Yves Roupsard, représentant CGT Rhône-Alpes/Auvergne, après avoir claqué la porte de la rencontre. La CGT a avancé ces chiffres après avoir pris connaissance de documents issus d'inspections générales de l'Etat du mois d'avril, menées dans le cadre de la réforme. 

Le gouvernement a le souci particulier du dialogue social, avec l'objectif de réduire au strict minimum les éventuelles mobilités géographiques. (Préfecture)


Selon la préfecture, plusieurs autres syndicats, (CFDT, Unsa et CFE-CGC) ont en revanche assisté à la rencontre, qui se tenait en vision-conférence avec l'Auvergne. Il s'agissait de la seconde réunion avec le préfet Michel Delpuech, chargé de coordonner cette réforme de l'Etat. Ce dernier doit présenter le 30 juin au Premier ministre son "macro-organigramme", soit un tableau de l'organisation des futures directions dans la nouvelle entité. Il y aura ensuite une seconde phase d'arbitrage.

La CGT dénonce le "rouleau compresseur" de la réforme

"On a dit qu'on ne cautionnait pas ce processus, d'autant que La loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République), qui va définir les nouvelles compétences des régions n'est pas encore adoptée définitivement, ni promulguée", a ajouté pour sa part Frédéric Bochard, porte-parole FO. Il s'agit, selon lui, "d'une réforme d'austérité pour supprimer des emplois. C'est la destruction de la République".

On n'est convoqué que pour information, on a juste à écouter et obtempérer! (Dominique Panico-Mialon, CGT)


La plan de fusion des régions "se passe à une allure phénoménale, c'est un rouleau compresseur avec un moteur de Ferrari, il n'y a aucun espace de dialogue et d'échange", s'est aussi indignée Dominique Panico-Mialon, élue CGT de la Loire, devant la préfecture. Selon la syndicaliste, "la réforme est un PSE (plan social) de l'Etat puisque les estimations font aussi apparaître des départs en retraite de 54% des agents entre 2015 et 2022 en Rhône-Alpes Auvergne, sans aucune indication sur un renouvellement d'effectifs".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fusion des régions politique réforme territoriale