Hébergement d’urgence : Le tribunal administratif de Lyon déboute plusieurs requérants

© PHOTOPQR/LE PROGRES
© PHOTOPQR/LE PROGRES

Après la fin du plan grand froid, une dizaine de familles se sont retrouvées à la rue, sans hébergements. Plusieurs requêtes ont été déposées. Seule une a été acceptée.

Par Marc Taubert

Ces familles demandaient à être relogées après la fermeture du gymnase Clémenceau, à Lyon (7e arrondissement) où des personnes étaient logées dans le cadre du plan grand froid.

Mais la hausse des températures a mis fin à ce plan, et plusieurs familles se sont retrouvées à la rue. Dix ont porté plainte.

« Quatre requêtes devraient faire l’objet d’un non-lieu à statuer, le préfet du Rhône ayant trouvé une solution d’hébergement pour les personnes concernées. », dit le communiqué de presse du Tribunal administratif de Lyon. Une autre devrait sûrement subir le même sort car une solution d’hébergement a été trouvée.

En revanche, quatre autres ont été rejetées. Deux en raison qu’elles relèvent du droit d’asile, et deux autres personnes (de nationalité libanaise et albanaise) qui ont été enjointes à quitter la France.

Seul heureux dénouement, le cas d’une ressortissante algérienne, accompagnée de son fils de 13 ans, de nationalité française, qui est en cours de scolarisation. Le Tribunal a ainsi demandé au préfet de leur trouver un logement.

AJOUT :

Un militant du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) a souhaité réagir quant à cette décision. Pour ce dernier, la préfecture propose régulièrement des solutions d'hébergement aux dossiers déposés dont elle sait qu'en cas de jugement, elle risque d'être condamnée. Pour ce militant de ce mouvement, c'est le cas ici pour les quatres requérants où « le préfet du Rhône [a] trouvé une solution d’hébergement pour les personnes concernées ».

Sur le même sujet

Les + Lus