Une jeune société biopharmaceutique lyonnaise obtient un brevet européen

© Michal Jarmoluk/Creative Commons/Pixabay
© Michal Jarmoluk/Creative Commons/Pixabay

Le THN102 est une combinaison de molécules destinée à lutter contre la narcolepsie et la maladie de Parkinson. La jeune société lyonnaise qui est dépositaire d'une licence exclusive vient de boucler sa protection avec un brevet européen. Pour mieux négocier avec des "majors".

Par AFP

C'est une combinaison de molécules qui répond au doux nom de THN102 et qui est actuellement testée pour le traitement de la narcolepsie et de la maladie de Parkinson, autant dire un dossier d'une brûlante actualité, eu égard au vieillissement de la population.

Or, la jeune société biopharmaceutique Theranexus, spécialisée en neurologie, a annoncé jeudi avoir parachevé la protection de sa technologie en obtenant un brevet européen pour son candidat-médicament, après ceux obtenus aux Etats-Unis, au Japon et dans d'autres pays.

Mieux négocier avec les industriels


"Cette protection nous donne un levier puissant dans nos négociations avec les industriels" auxquels Theranexus compte confier les étapes futures du développement et de la commercialisation du THN102, a indiqué le PDG de la société lyonnaise Franck Mouthon.

M. Mouthon a souligné que le brevet européen avait été obtenu dans un délai très court dans la mesure où la demande avait été déposée en 2014.

Un brevet propriété du CEA, sous licence de la société lyonnaise


Le brevet européen a été accordé au Commissariat à l'énergie atomique, dont les fondateurs de Theranexus Franck Mouthon et Mathieu Charvériat sont d'anciens chercheurs. Theranexus, qui a fait son entrée en Bourse en octobre, est le bénéficiaire d'une licence exclusive mondiale sur ce brevet. 

A la Bourse de Paris, cette annonce était saluée par un bond du titre Theranexus de 11,83%, à 16,60 euros, après une demi-heure de cotation. La société était ainsi valorisée 52 millions d'euros.

Sur le même sujet

Tour Cycliste féminin d'Ardèche

Les + Lus